Collaboration spéciale Les photos de la plus récente campagne des deux marques ont été réalisées à L’Île-des-Sœurs.

Encore tendance, les chapeaux, à l’aube de 2019? On a posé la question à la designer Mariouche Gagné, fondatrice de Harricana, qui dessine aussi depuis un an les nouvelles collections de la marque centenaire Canadian Hat.

«La mode des chapeaux est vraiment là», observe-t-elle. Et ce, même si on ne les porte plus pour les mêmes raisons qu’en 1918, année de fondation de l’entreprise montréalaise Canadian Hat.

À cette période-ci de l’année, on pense d’emblée aux fameuses tuques Harricana fabriquées en cachemire recyclé et ornées d’un pompon de fourrure recyclée – d’ailleurs, sa boutique éphémère d’accessoires d’hiver est de retour cette année au Bilboquet de la rue Bernard.

Les bérets connaissent aussi leur petite heure de gloire, croit-elle. «On a beaucoup de bérets; des bérets de toutes les couleurs et de toutes les grandeurs!»

La météo a aussi une incidence sur les achats, analyse la designer qui possède aussi une boutique dans le Vieux-Montréal. «L’année dernière, avec l’hiver très froid qu’on a connu, nos chapkas ont super bien marché», illustre-t-elle.

L’été, l’aspect protection solaire est de plus en plus important. «Certains modèles fabriqués à partir de paille tressée assez serrée et munis d’un rebord assez large pour protéger le visage et le cou ont un FPS de 30 ou de 50», souligne-t-elle.

À l’atelier comme au musée

Il y a un an, quand Harricana a été rachetée par la femme d’affaires Diane Lanctôt, déjà propriétaire de Canadian Hat, entre autres, la designer a découvert «des trésors» dans l’atelier de la maison de chapellerie.

«Quand je suis arrivée chez Canadian Hat, j’ai réalisé que j’avais accès à environ 800 moules différents et à des centaines de feutres de toutes les couleurs, des rubans et d’autres garnitures, énumère Mariouche Gagné. En fouillant un peu, on trouve toutes sortes d’affaires! D’ailleurs, on a assez de stock ici, dans notre atelier, pour les cinq prochaines années.»

On pouvait s’y attendre: la fondatrice de Harricana n’est pas du genre à acheter des matériaux neufs quand elle a tout ce qu’il lui faut à portée de main. Le processus de création est toutefois bien différent, rappelle-t-elle, et chacune des deux marques a conservé son ADN.

«Pour Harricana, je pars toujours des matières disponibles, de ce que je peux recycler : fourrure, laine, soie, jeans, tout en m’inspirant de la nature et du plein air, explique-t-elle, alors que Canadian Hat, c’est une recherche d’ambiances et d’univers élégants.» Une élégance reconnue, puisque certaines créations de la marque centenaire sont vendues dans le célèbre magasin
Harrod’s, à Londres.

Trois collaborations
Cette année, Mariouche Gagné a collaboré avec trois marques d’ici : en plus de travailler avec la marque de manteaux Audvik, elle a créé des chapeaux pour m0851 et une collection de coussins pour l’hôtel Le Germain, à Ottawa. Les chapeaux Canadian Hat et les créations Harricana sont vendus à la boutique Harricana (416, rue McGill) et dans certains points de vente, dont Simons et Sportium.

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!