Denis Beaumont/Métro DUY, qui a fait sensation à la dernère Semaine mode Montréal (SMM23) et qui a même remporté un prix à Toronto, ne sera pas de la SMM24 dans quelques semaines.

Rendue public cette semaine, la programmation de la 24e Semaine mode Montréal, qui ouvrira la saison des défilés automne-hiver 2013-2014 le 4 février, a subi un régime minceur. Où sont les Marie Saint-Pierre, Denis Gagnon, Eve Gravel, Bodybag, Rudsak et compagnie? Il y a heureusement quelques têtes d’affiche au menu (Mélissa Nepton, Nadya Toto, Martin Lim et Harricana par Mariouche)… mais même du côté de la relève, des griffes comme UNTTLD, DUY et Anastasia Lomonova brillent par leur absence.

Évidemment, on se réjouit d’avance du retour de la formule Exhibit, qui permet de découvrir de jeunes talents prometteurs dans une ambiance décontractée. Cinq créateurs participeront donc à cette exposition nouveau genre : Jennifer Glasgow Design, Marilyne Baril, Voyou, Melow par Melissa Bolduc et Rachel F.

De même, on a très hâte de connaître les cinq finalistes qui participeront au défilé organisé par la chaîne Target (celle-là même qui remplacera progressivement les Zellers de la province à compter du printemps). L’objectif est d’ailleurs de sélectionner un lauréat qui sera appelé à créer une collection capsule pour le géant américain – réputé pour avoir collaboré avec de grands noms de la mode tels que Missoni, Proenza Schouler, Marc Jacobs, Diane von Furstenberg, Jason Wu et plusieurs autres.

L’excitation s’arrête là. Comment expliquer la désertion de nos designers les plus prolifiques alors que l’événement s’annonce comme étant LA vitrine pour promouvoir leur travail ici comme à l’étranger? Surtout, comment attirer des acheteurs internationaux quand les noms les plus connus du design d’ici manquent à l’appel? Avançons quelques pistes.

D’abord, il faut savoir que, selon une source, la subvention gouvernementale qui servait de tremplin à l’intéressante série Designer Debut a été suspendue. Dommage.

Ensuite, certains designers l’ont avoué à mots couverts lors des précédentes saisons, en devançant la présentation des défilés dans le but avoué d’attirer à Montréal les médias et les acheteurs à destination de la New York Fashion Week, qui se déroule juste après, soit du 7 au 14 février, Sensation Mode raccourcit des délais de production déjà serrés. Ce à quoi les organisateurs de la Semaine mode Montréal répondent qu’il s’agit d’une question de bonne gestion du temps. Peut-être. Si c’est vraiment le cas, il y aurait sans doute des solutions faciles à mettre en place pour contourner le problème.

Il y a aussi la question du lieu, excentré et mal desservi par le transport en commun. Déménager le cœur des festivités dans Griffintown, plus précisément dans le magnifique centre d’art contemporain L’Arsenal, avait été rendu nécessaire en raison de l’affluence toujours croissante, mais le déplacement n’aurait pas fait que des heureux, selon la rumeur. Vaudrait-il mieux délaisser ce point de ralliement pour revenir à la formule «chacun son espace» et demander aux invités de se déplacer d’un bout à l’autre de la ville durant une semaine? Je ne crois pas. Une analyse de la situation semble néanmoins s’imposer.

Quoi qu’il en soit, les défilés sont toujours ouverts au public et c’est une excellente occasion de découvrir ce que les créateurs d’ici ont à offrir. Même sans ses gros canons, la mode montréalaise demeure en plein essor et la créativité est au rendez-vous. Toute l’info sur la programmation et la billetterie se trouve ici.

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!