La campagne de ck2 a été immortalisée par le photographe Ryan McGinley.

Calvin Klein revisite une création olfactive culte. Si CK One était, en 1994, un pionnier des parfums mixtes ciblant la génération X et les aînés des Y, deux décennies plus tard, ck2 (67$ les 100 ml) cherche cette fois à rejoindre les membres de la génération Z avec un jus léger mais accrocheur.

Sur un mariage de wasabi, de mandarine et de feuilles de violette se développent des notes boisées, rehaussées par un coeur rafraîchissant de concrète d’iris et d’absolu de rose. Constat général: «ça sent bon», très bon même. L’ensemble est harmonieux, mais peut-être un peu trop délicat pour ces messieurs, du moins, ceux qui se sont prêtés au test.

Capture d’écran 2016-01-29 à 14.26.59

Certes, la marque américaine ne réinvente pas le genre avec ce «boisé frais et urbain» signé Pascal Gaurin (IFF). Il faut dire que les fragrances unisexes ont connu un boum sans précédent ces dernières années. On pense notamment à (untitled), l’intrigante mais pas moins séduisante proposition de Maison Martin Margiela. La concurrence est donc féroce dans ce segment.

Grâce à ses effluves un peu plus convenues, si on peut dire, destinées à plaire au plus grand nombre, mais sans pour autant tomber sur le coeur, ck2 pourrait bien cartonner comme son grand frère. CK One a d’ailleurs été sacré meilleur vendeur aux États-Unis en 1996.

La campagne, réalisée à Porto Rico par Ryan McGinley, met notamment en scène Victoria Brito, Dakota Garrett et Luka Sabbat:

 

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!