Une sélection d'oeuvres du MBAM permettant d'observer une variété de canons de beauté selon les époques et les cultures.

Témoins de différentes époques, les oeuvres d’art permettent aussi de sensibiliser à la diversité corporelle.

Un parcours guidé créé par le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) en collaboration avec l’organisme ÉquiLibre montre sous un angle nouveau les canons de beauté à travers le temps. Tous les mercredis de l’été (dès ce soir et jusqu’au 17 août à 10h30), il donne l’occasion de (re)découvrir huit oeuvres – pas nécessairement les mêmes chaque fois – provenant des collections permanentes du musée, de la Grèce antique à nos jours.

Métro a fait le parcours en accéléré avec la conceptrice Éducation au musée, Mélanie Deveault. Extraits.

Figure féminine stéatopyge (vers 1200-1000 av. J.-C.)

1963_EA_1 U18896

MBAM, Christine Guest

Cette sculpture de l’Antiquité associée au culte de la fertilité a été le point de départ pour les élèves dont les oeuvres sont présentées cet été dans le cadre de l’exposition à visée éducative Modèles recherchés. Ils ont pu amorcer leur réflexion devant ce canon de beauté très différent des standards du XXIe siècle, commence Mélanie Deveault.

Apollon Chigi (IIe siècle après J.-C.)

2003_44_1-5_IN1

MBAM, Brian Merrett 

«Les Grecs avaient la volonté de représenter des corps très réalistes et très idéalisés à la fois», souligne Mme Deveault. En ce sens, cette sculpture rappelle le corps masculin idéal selon les critères d’aujourd’hui. «On peut aussi le regarder pour ce qu’il est aujourd’hui: il est brisé. Comme quoi on peut aussi retrouver la beauté dans les corps blessés.»

Portrait d’une femme en Astrée (vers 1710-1712)

RET_1977_1_IN1

MBAM, Christine Guest

Cette huile sur toile, probablement celui de la Condesa de Castelblanco juste avant son mariage, permet de retracer divers symboles de son statut social et des canons de beauté de l’époque. Par exemple: sa peau très claire, sa chevelure poudrée et ses bras voluptueux, énumère Mélanie Deveault.

***
En parallèle, une exposition réunissant une quarantaine d’oeuvres collectives réalisées durant l’année scolaire par des élèves d’écoles secondaires de partout au Québec est présentée jusqu’au 21 août. D’abord et avant tout à visée éducative, Modèles recherchés «enseigne la tolérance, l’estime de soi et la curiosité», souligne Nathalie Bondil, directrice du MBAM.

En plus de cette exposition et du parcours guidé sur le thème de la diversité corporelle, une affiche destinée à promouvoir une image corporelle positive sera distribuée dans toutes les écoles du Québec. Présentant une sélection de neuf oeuvres d’art du musée, cette campagne permet d’observer une variété de canons de beauté selon les époques et les cultures.

Capture d’écran 2016-05-30 à 10.13.17

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!