Dans ce troisième et dernier débat, Barack Obama n’avait rien perdu de son agressivité alors que Mitt Romney tentait de se montrer plus calme et un peu plus au centre. Malgré les échanges corsés, je n’ai relevé aucune différence majeure dans la vision des deux hommes en matière de politique étrangère. Le président et son rival semblaient être d’accord sur plusieurs points.

En fait, les différences entre Barack Obama et Mitt Romney sur la politique étrangère se situent davantage au niveau du style, du ton, et dans la façon qu’ils perçoivent le rôle des États-Unis dans le monde que dans leurs politiques étrangères. Les deux hommes s’entendent effectivement sur le retrait des troupes de l’Afghanistan, sur le danger d’intervenir plus directement dans le conflit en Syrie et sur l’utilisation de drones dans la lutte contre le terrorisme.

Ce qui ne veut pas dire pour autant que le ton du débat était conciliant lundi soir. Lorsque Romney a affirmé que la flotte des États-Unis était plus petite qu’elle ne l’avait jamais été depuis 1917, Obama a répondu lentement que oui, effectivement, la nature de la guerre avait changé depuis et que l’armée américaine avait aussi moins de chevaux et de baïonnettes mais qu’en revanche, on avait maintenant des porte-avions et des sous-marins nucléaires.

Lundi soir, on a surtout parlé de la menace que représentait un Iran nucléaire pour Israël, des bouleversements du printemps arabe, des relations avec la Russie et de l’importance grandissante de la Chine. Romney a tenté de faire valoir que les politiques étrangères du président Obama avaient affaibli le pays sur la scène internationale et le président a insisté sur l’incohérence des politiques étrangères proposées par son adversaire.

Dans la presse américaine, on semble s’entendre pour accorder la victoire de ce dernier débat à Barack Obama. Il faut dire cependant que dans ces élections, la politique étrangère compte pour peu. On estime que moins de 10% des électeurs américains y accordent une importance centrale à l’heure actuelle.

Aussi dans Un oeil sur le monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!