Seth Wenig/AP Un policier aide le propriétaire d'une fourgonnette en panne d'essence à se rendre jusqu'à la pompe d'une station-service de Brooklyn, à New York.

Alors que dans les états de New York et du New Jersey, on peinait à se remettre des dégâts causés par Sandy, les quelques stations services encore ouvertes étaient le théâtre d’un autre drame:  celui d’une pénurie d’essence presque généralisée sur tout le territoire.  Jeudi, les quelques stations-service qui n’avaient pas été forcées de fermer en raison de la panne de courant ou des dégâts causés par Sandy avaient des files d’attente de plusieurs kilomètres et avaient dû faire appel aux policiers afin de maintenir la paix.

Des automobilistes sont même allés jusqu’à faire plusieurs heures de route pour trouver une station-service dans un état voisin, tandis que d’autres se sont tournés vers les réseaux sociaux pour trouver une pompe encore ouverte. Dans leur quête pour trouver de l’essence, certains sont tombés en panne et ont dû pousser leur voiture dans la file d’attente. Des bagarres généralisées ont éclaté à plusieurs endroits, au point où on commence à parler de plus en plus d’émeutes.

La situation ne serait probablement pas aussi grave s’il n’y avait pas eu toutes ces pannes de courant sur l’étendue du territoire. Les stations-service dépendent de l’électricité pour pomper l’essence de leur réservoir. Sur le site d’AAA, on estimait que 60% des stations-service du New Jersey et 70% des stations-service de Long Island avaient dû fermer leurs portes. Plusieurs ports et raffineries qui alimentent la région ont dû interrompre leurs opérations en prévision du passage de l’ouragan Sandy et ont été endommagés dans la tempête.

À Paterson, dans le New Jersey, la troisième ville la plus populeuse de l’état, le service de police tentait de négocier des contrats d’urgence pour alimenter sa flotte. S’il n’y arrivait pas, il envisageait de commencer à siphonner les réservoirs d’essence d’autres véhicules municipaux pour alimenter les voitures de police.  Dans le comté d’Essex, dans l’état de New York, les autorités exigent maintenant que les véhicules d’urgence (voitures de police et camions de pompiers) ne soient remplis qu’à la moitié du réservoir. Le gouverneur de l’état du New Jersey a levé les restrictions sur l’achat de carburant des états voisins et le président Obama, par l’entremise du ministère de la Défense, a déjà envoyé 250 000 gallons de diesel et en a promis 500 000 autres.

Aussi dans Un oeil sur le monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!