Wikipédia, cette encyclopédie mondiale ayant pour mission de rassembler le savoir de toute la planète, est loin de toute la représenter. En fait, elle représente surtout les hommes. Pourquoi la sous-représentation des femmes est un problème et pourquoi contribuent-elles peu? Analyse de la situation.

Au moment de la rédaction de ce billet, le site de Wikipédia contient plus de 5 milliards d’articles et se situe à la quatrième place des sites les plus consultés sur le web. Il est très bien référencé, ce qui le rend accessible pendant une requête sur un moteur de recherche. Il est donc facile d’en déduire que si vous avez un accès à internet, vous avez très probablement déjà lu un article de l’encyclopédie virtuelle.

Le site est donc très consulté mais par qui est-il écrit? Selon un sondage de 2011, de la fondation Wikipédia, il s’agit d’hommes dans une proportion de 91,5%. La plus grande source de savoir sur internet est donc écrite en grande partie par des hommes. Sandrine Ricci, sociologue et coordonnatrice du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), m’explique que cet écart entre les genres dans les contributions au site est le reflet de notre société patriarcale et rend Wikipédia sexiste.

Un exemple flagrant souvent donné afin d’illustrer ce manque de diversité était la différence entre un article de Wikipédia sur des actrices pornographiques et un autre portant sur des poétesses. L’un était méticuleusement organisé par décennies et référencé, tandis que l’autre était une longue liste présentée par ordre alphabétique. Je parle au passé parce que ces deux pages ont été depuis modifiées.

Un article de NewStatesman donne un autre exemple. Il s’attarde à l’expérience de la contributrice Zara Rahman et de l’article de Wikipédia concernant Hedy Lamarr. Celui-ci faisait plus mention de sa carrière d’actrice que de son invention, qui a pourtant ouvert la voie à la technologie wifi qu’on connait aujourd’hui. Zara Rahman a donc décidé d’éditer l’article afin qu’il reflète l’importance de l’invention, mais ses changements ont été rapidement effacés par une autre personne, au motif que la carrière d’actrice est plus référencée que son invention. Hedy Lamarr étant une femme ayant vécu dans les années 1940, il y a plus d’articles qui parlent de sa carrière d’actrice que de ses avancées scientifiques, car à cette époque, les personnes qui écrivaient des articles étaient des hommes et ils parlaient la plupart du temps… d’hommes!

«Les femmes hésitent souvent à se poser en experte. C’est le reflet des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes. Les femmes manquent de confiance en elles.» – Sandrine Ricci, sociologue

Les femmes sont donc moins présentes, mais en théorie, elles pourraient contribuer autant que les hommes. Sandrine Ricci m’explique que l’âge moyen des contributrices et contributeurs est de 25 ans, soit «un âge pour lequel la fracture numérique de genre s’avère globalement très faible». Alors pourquoi ces jeunes filles ne contribuent-elles pas plus à Wikipédia?

La coordonnatrice du RéQEF avance qu’elles ont moins de temps libre que leurs homologues masculins. «Les femmes sont plus occupées à gagner leur vie. Considérant qu’à travail égal, elles n’ont pas un salaire égal aux hommes, elles doivent donc travailler plus pour gagner autant.»

La sociologue décrit également la socialisation des femmes comme une explication de leur sous-représentation. «Les femmes hésitent souvent à se poser en experte. C’est le reflet des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes. Les femmes manquent de confiance en elles.»

Enfin, le site de l’encyclopédie ressemble au reste du web : une place peu accueillante pour les femmes. «Il y a des conversations agressantes sur Wikipédia envers les femmes. Elles n’y subissent pas le même traitement que les hommes», dit Sandrine Ricci.

Cet écart entre les genres dans la production de contenu sur Wikipédia est-il problématique? Le RéQEF considère que oui et organise un marathon d‘édition sur Wikipédia afin de contribuer à la production de savoirs sur les femmes francophones. Trois modes de participation sont proposés:

  • sur place, à l’UQÀM où des personnes-ressources seront présentes avec des ordinateurs
  • en ligne sur cette page
  • ou en partageant des suggestions (les internautes peuvent proposer des noms de femmes francophones engagées dans les domaines des sciences humaines et sociales)

Wikipédia est conscient de l’écart femmes-hommes dans ses contributeurs. Lors d’une entrevue en 2016, le fondateur, Jimmy Wales a dit: «La communauté est composée à 80% d’hommes et nous pensons que cela est un problème. Il y a de nombreuses raisons à cela mais c’est quelque chose que nous étudions et nous disons aux femmes « venez, nous avons besoin d’aide ».»

C’est une bonne première étape, mais c’est loin d’être suffisant. Je dirais même que je trouve ça un peu maigre et facile de mettre cette responsabilité sur le dos des femmes. En consultant la page des communiqués de presse de Wikipédia, j’ai constaté qu’un concours mondial avait été organisé pour «enrichir Wikipédia et d’autres projets de la Wikimedia Foundation avec des articles, des images et d’autres documents dédiés à la région de l’Oural», mais je n’ai rien trouvé sur de quelconques actions initiées afin de combler l’écart des genres.

Est-ce que le genre d’initiatives du RéQEF fera en sorte d’augmenter considérablement la représentation des femmes chez les contributeurs de Wikipédia? Cela se veut surtout de la sensibilisation sur la place de la femme dans le monde du savoir, d’après Sandrine Ricci.

Il ne faut visiblement pas attendre une initiative de la part de Wikipédia. Alors, à vos claviers, mesdames!

Marathon d‘édition sur Wikipédia
Vendredi 9 mars 2018, de midi à 18 h, à l’UQAM

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!