La très célèbre conférence en intelligence artificielle, Neural Information Processing Systems (NIPS), est en réflexion pour changer de nom afin de favoriser la diversité et l’inclusion. Est-ce de la sensibilité bien placée ou du gros n’importe quoi?

La NIPS est un congrès sur l’apprentissage automatique et la neuroscience computationnelle qui se tient chaque année en décembre. La première NIPS a eu lieu en 1986, en Californie. Depuis, elle a été accueillie dans le monde entier. Ce congrès comptait 5000 participants en 2016 et 8000 en 2017. Tout le monde s’accorde pour dire qu’il s’agit de la plus grande conférence sur l’intelligence artificielle (IA) au monde. L’édition de 2018 se tiendra à Montréal du 3 au 8 décembre.

Évidemment, le domaine de l’intelligence artificielle n’est pas différent du reste du monde techno: les personnes autres que des hommes blancs y sont une rareté. La NIPS n’y fait pas exception. Un article de Quartz décrit l’édition de 2017: «Regardez l’ensemble des informaticiens qui façonnent l’avenir de l’intelligence artificielle et la première chose que vous remarquerez sera tous ces sacs à dos. […] Les sacs à dos marquent les membres des tribus, principalement des hommes de 20 et 30 ans.»

L’acronyme du plus gros rassemblement en IA au monde est donc NIPS. Le terme «nips» est connoté négativement en anglais pour deux raisons. Il s’agit d’une expression raciste pour désigner les Japonais, et un diminutif pas vraiment glorieux pour les seins des femmes.

En 2017, le nom de la conférence a commencé à être remis en question, lorsqu’un groupe de personnes a créé, en signe de protestation, le Transformationally Intelligent Technologies Symposium, dont l’acronyme est TITS. L’événement parodique devait se tenir au même moment que la NIPS.

Je vous conseille d’aller voir le site, c’est quelque chose!

À la suite de ce faux événement, la discussion s’est ouverte sur la nécessité de changer de nom. En avril, le compte Twitter officiel du NIPS publiait ce message: «Dans un contexte de diversité et de politiques anti-harcèlement, le conseil du NIPS discute actuellement de la possibilité de changer le nom de la conférence. La première raison est la connotation malheureuse du nom actuel, qui peut inviter des commentaires désagréables et rendre certains participants mal à l’aise. La deuxième raison est que la portée et le rôle de la conférence ont changé au fil des années et qu’un nouveau nom pourrait mieux refléter la réalité de l’industrie».

Alors, serait-ce une bonne ou une mauvaise chose que le NIPS change son nom? Voilà ce que disent ceux qui sont pour:

  • «C’est une étape positive. C’est bien de voir que l’inclusion est prise au sérieux.»
  • «Dans la lettre que j’ai envoyée, j’ai demandé que des actions significatives soient associées à des actions symboliques comme celle-ci. J’espère que ce mouvement symbolique signifie qu’il y a aussi du mouvement de l’autre côté.»
  • «Il est incroyablement insensible de nommer une conférence en utilisant une insulte ethnique.»

Le changement de nom est soutenu par des personnes influentes de l’intelligence artificielle, comme Nando de Freitas, directeur de l’équipe d’apprentissage automatique chez DeepMind:

Voilà ce que disent ceux qui sont contre le changement de nom:

  • «Ça a toujours été ce nom et personne ne s’en souciait auparavant!»
  • «Un changement de nom arrive tellement bas dans la liste des priorités que ça en est presque insultant. Pourquoi ne pas offrir de faire garder les enfants ou des bourses pour inviter les minorités? Ce sont les choses qui font réellement la différence!»
  • «C’est formidable que la communauté parle de sensibilisation, mais ce changement de nom ne fera rien.»
  • «Changer de nom, c’est juste l’application de la loi de trivialité de Parkinson!»
    [Note: La loi de trivialité de Parkinson prétend que les membres d’une organisation accordent un poids disproportionné aux questions insignifiantes, en omettant ce qui est plus important et complexe.]

Le compte Twitter du NIPS n’a pas été mis à jour depuis mai. La réponse finale n’est toujours pas connue.

Le 10 août, les participants des cinq dernières années ont reçu un questionnaire pour sonder leur opinion sur des nouveaux noms. Le nom NIPS ne sera donc plus.

La question à se poser maintenant: est-ce qu’il y aura d’autres changements allant dans le sens de l’inclusivité?

Changer un nom qui offense un groupe de personnes qu’on cherche à rejoindre et qu’on souhaiterait voir plus présent est un début. Ça ne peut pas être une finalité. Il s’agit là d’un changement cosmétique.

Ce que moi je veux voir, c’est la parité sur scène. Montrez-moi qu’il y a autant de femmes que d’hommes dans le panel et j’applaudis. Le reste comme le traiteur et le lieu peuvent passer après.

*****

BONUS
Cette semaine est sorti l’épisode 3 de «URelles, le podcast». On y discute justement de comment avoir un panel paritaire avec plusieurs conseils à l’appui.

À écouter ici:
🎧iTunes
🎧Google Play

Aussi dans URelles :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!