Quitter sa job et partir à l’aventure sans garantie de succès, c’est ce que ces trois femmes ont fait. Elles l’ont fait pour vous, femmes en technologie!

En septembre 2017, les cofondatrices de Women in Tech World, Alicia Close, Elena Yugai et Melanie Ewan, se sont donné comme mission de mener une enquête pancanadienne sur les femmes en technologie. Elles ont embarqué dans un véhicule récréatif (VR) et elles ont débuté leur tournée à Vancouver. Elles sont même passées par Montréal à l’été 2017. Elle ont terminé leur périple à Terre-Neuve.

La directrice de la recherche communautaire et cocapitaine de cette tournée pancanadienne, Melanie Ewan, explique qu’il s’agissait du voyage de toute une vie. «C’était l’occasion de faire partie de quelque chose qui a vraiment un impact pour les femmes au Canada. Il s’agissait de communiquer avec les membres de la communauté et de leur donner la possibilité de parler de ce qui se passe chez elles.»

Dans chaque ville canadienne où elles se sont arrêtées, les jeunes femmes ont organisé un panel et une soirée de consultation publique. Ces conversations visaient à définir qui sont les femmes en technologie au Canada, en plus d’expliquer leurs expériences dans l’industrie et les meilleures pratiques d’inclusion et de promotion des femmes.

Elles ont publié un rapport ce mois-ci. Voici leurs conclusions.

Les obstacles pour les femmes en tech sont les suivants:

  • Les biais, la discrimination, le racisme et le sexisme;
  • La culture organisationnelle donne le sentiment aux femmes de ne pas appartenir à l’industrie;
  • Les femmes font face à des obstacles personnels: manque de confiance en soi, timidité, peurs;
  • Il manque un système de soutien et des ressources;
  • Le système éducatif ne répond pas aux besoins du marché.

Mais tout n’est pas perdu! Les cofondatrices de Women in Tech World ont identifié les points suivants comme pistes de solution:

  • Avoir des femmes mentores et présenter des modèles de rôle;
  • Créer des réseaux de femmes;
  • Les conversations sur le genre, la diversité et l’inclusion;
  • Faciliter la gestion de la vie personnelle et vie professionnelle en milieu de travail;
  • Mettre en place des programmes d’autoapprentissage et de perfectionnement;
  • Organiser des événements et des ateliers;
  • Offrir du financement pour les femmes.

Comme quoi, la partie est loin d’être gagnée pour les femmes en tech!

Aussi dans URelles :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!