Tous les propriétaires du Samsung Galaxy Note 7 au Canada seront bientôt forcés de télécharger et d’installer une mise à jour obligatoire du système d’exploitation de leur appareil. Une manœuvre sans précédent au Canada, qui vise à la fois à encourager les propriétaires d’un appareil défectueux à le retourner et à rassurer ceux qui possèdent un téléphone en bonne condition.

« Notre objectif est de ravoir 100% des Samsung Galaxy Note 7 problématiques qui sont encore en circulation », indique le vice-président exécutif de Samsung Canada Paul Brannen en entrevue.

Au début septembre, Samsung avait annoncé que son nouveau téléphone phare lancé le 19 août dernier connaissait des problèmes de surchauffe, et que sa pile risquait de prendre en feu lorsqu’il était en train d’être chargé. En date du 15 septembre, 92 problèmes de surchauffe ont été recensés aux États-Unis seulement, incluant 26 brûlures et 55 dommages à la propriété.

Aucun incident du genre n’a été rapporté au Canada, où près de 22 000 Samsung Galaxy Note 7 ont été vendus.

De ce nombre, 70% a déjà été inscrit sur un site web mis en ligne par Samsung il y a bientôt deux semaines afin de coordonner un rappel, le premier du genre pour un téléphone intelligent. « Les nouveaux Galaxy Note 7 ont commencé à être envoyés la semaine dernière, et nous prévoyons avoir des quantités suffisantes pour remplacer tous les Note 7 sur le marché d’ici le début octobre », précise Paul Brannen. Le Samsung Galaxy Note 7 sera d’ailleurs aussi remis en vente au Canada en octobre.

À l’échelle mondiale, il a été estimé que le rappel pourrait coûter jusqu’à 1 milliard $ US à la compagnie coréenne.

Comment fonctionne la mise à jour automatique?
Tous les Samsung Galaxy Note 7, autant les défectueux vendus avant le début septembre que les nouveaux qui ont été échangés, recevront une mise à jour logicielle ce soir. Si l’utilisateur refuse de l’installer, une note lui rappellera de le faire toutes les trois heures par la suite.

« Nous avons travaillé avec les opérateurs pour que les consommateurs ne soient pas facturés pour cette mise à jour », rassure le vice-président. Il ne sera donc pas nécessaire d’attendre d’être relié à un réseau Wi-Fi pour télécharger la mise à jour d’une soixantaine de mégaoctets.

Une fois la mise à jour installée, ceux qui possèdent un appareil sécuritaire verront apparaître une icône de batterie verte à quelques endroits dans l’interface du téléphone, soit sur l’écran de verrouillage, sur l’écran de redémarrage et dans la barre de notifications (voir dans l’image plus bas). C’est ce qui leur indiquera qu’ils ne courent aucun danger avec leur Galaxy Note 7. « Nous voulons que les consommateurs soient sûrs que leur téléphone est sécuritaire », explique Paul Brannen.

L’icône devrait tout particulièrement être importante pour ceux qui achèteront un téléphone usager, et qui pourraient ne pas savoir s’ils sont dotés ou non d’un appareil réparé.

Les appareils qui sont toujours équipés d’une batterie problématique afficheront quant à eux après la mise à jour une alerte avertissant l’utilisateur de fermer son téléphone immédiatement et de l’enregistrer pour le rappel officiel. Cette alerte sera ensuite répétée toutes les trois heures.

En espérant que ce sera suffisant pour convaincre les quelque 6 600 personnes qui ont toujours un Galaxy Note 7 défectueux de l’échanger, et d’ainsi arrêter de faire courir un risque tout à fait inutile à leur entourage.

fre-image-1

Aussi dans Vie numérique :

blog comments powered by Disqus