Le fabricant d’appareils photo Olympus était à Montréal il y a quelques semaines pour présenter son futur OM-D E-M1 Mark II, l’appareil photo le plus haut de gamme de son portfolio. S’il n’a pas été possible de conserver les photos prises avec le prototype essayé, celui-ci donne néanmoins l’impression d’offrir de bonnes améliorations, surtout par rapport à sa vitesse.

L’OM-D E-M1 Mark II photographie en effet 18 images pleine résolution à la seconde avec la mise au point automatique activée (jusqu’à 77 photos consécutives peuvent être prises). C’est rapide. La mise au point a évidemment été accélérée pour atteindre cette vitesse, tout comme la vitesse de traitement des photos, grâce à un processeur 3,5 fois plus puissant que son prédécesseur.

Déclencheur électronique
La fonctionnalité qui m’a le plus intéressé avec l’OM-D E-M1 Mark II est toutefois son déclencheur électronique. Mis à part quelques limitations dans des conditions bien précises, celui-ci est généralement tout à fait convenable, et permet de prendre jusqu’à 60 images par seconde avec la mise au point automatique activée.

Le déclencheur électronique offre aussi d’autres avantages encore plus intéressants. L’Olympus OM-D E-M1 Mark II peut en effet prendre 14 images avant le moment où on appuie sur le déclencheur, ce qui permet de capturer un instant précis, même lorsqu’on n’est pas assez rapide pour le photographier. Ces images sont de pleine résolution, en JPEG ou en RAW.

La fonctionnalité permet aussi à l’appareil photo d’offrir un mode complètement silencieux. Ce mode s’active facilement, en un seul bouton, et bloque alors tous les sons de l’appareils, tant ceux du déclencheur que les différentes alertes électroniques du logiciel.

Plusieurs autres améliorations
Olympus OM D1 Mark II

Faire le tour de toutes les améliorations de l’appareil photo d’Olympus serait pénible, mais voici quand même celles qui ont retenu mon attention :

Nouveau design : le design de la poignée de l’appareil photo a été revu. Celle-ci est mince, mais longue, ce qui nous permet d’avoir une bonne poigne. Notons que le boitier est évidemment résistant aux intempéries, et que son écran tactile de trois pouces peut être tourné dans plusieurs sens.

Mode à 50 mégapixels : un nouveau mode permet de prendre des images ultra haute résolution, à 50 mégapixels. Voilà qui pourrait parfois être pratique, mais l’obligation d’utiliser un trépied pour s’en servir (pour l’instant), devrait en limiter un peu l’intérêt.

Vidéo : tel qu’il fallait s’y attendre, l’OM-D E-M1 Mark II permet maintenant de filmer des vidéos 4K (à 24 ou 30 images seconde avec une qualité allant jusqu’à 237 Mbps_.

Compatibilité Four Thirds : l’OM-D E-M1 demeure le seul appareil d’Olympus permettant d’utiliser de vieux objectifs Four Thirds (avec un adaptateur) tout en pouvant profiter de mise au point automatique. Celle-ci ne sera pas aussi bonne qu’avec les objectifs modernes, mais devrait quand même être convenable. Voilà qui pourrait être intéressant pour ceux qui possèdent encore quelques objectifs Four Thirds plus spécialisés.

Parmi les autres caractéristiques importantes à mentionner, notons que l’appareil est doté d’un capteur Micro Four Thirds de 20 mégapixels, que la vitesse de son déclencheur a été augmentée à 1/8000 seconde et qu’il est doté d’un port USB 3.0 plus efficace pour ceux qui relient leur appareil photo à un ordinateur. Contrairement au nouveau Fujifilm X-T2, ce port ne peut toutefois pas être utilisé pour recharger l’appareil. Son système de mise au point automatique a aussi grandement été amélioré, mais les conditions dans lesquelles je l’ai testé ne permettaient pas pleinement en bénéficier.

L’Olympus OM-D E-M1 Mark II est toujours en développement, et devrait être lancé au cours des prochains mois pour un prix qui n’a pas encore été dévoilé.

Aussi dans Vie numérique :

blog comments powered by Disqus