J’ai toujours aimé les concepts un peu fous de Nintendo, et la console Nintendo Switch, dont les derniers détails ont été dévoilés hier soir, ne fait pas exception. Après les déboires de la Wii U, quelques éléments du concept – et surtout de l’industrie – sont néanmoins inquiétants. Voici ce qui me plait et ce qui me fait peur de la Nintendo Switch.

Qu’est-ce que c’est?
Petit rappel pour ceux qui ont raté l’annonce : la Nintendo Switch est une tablette qui peut être utilisée autant à la maison, branchée sur son téléviseur par l’entremise d’un socle, que sur la route. Celle-ci se contrôle à l’aide de deux manettes ingénieuses, les Joy-Con, qui peuvent être utilisées seules pour les jeux plus simples, combinées à l’aide d’un support pour créer une manette régulière ou encore glissées sur les côtés de la Switch pour y jouer d’une façon portative.

La Nintendo Switch est dotée d’un écran de 720p seulement, mais affiche l’image en 1080p sur un téléviseur, elle offre 32 Go de capacité (qu’il est possible d’augmenter avec une carte microSD) et atteint une autonomie de 2h30 à 6h sur une seule charge. La nouvelle console de Nintendo sera lancée le 3 mars pour 399 $, en même temps que les jeux The Legend of Zelda : Breath of the Wild et 1-2-Switch.

Ce que j’aime
groupe

J’adore plusieurs éléments de la Nintendo Switch.

Depuis le dévoilement de la console, je regrette ne pas encore en avoir une dès que je prends l’avion. Je ne crois pas que je trimbalerais ma Switch pour les petits déplacements comme en autobus ou en métro, mais pour les plus longs? Certainement.

J’adhère aussi au concept des jeux multijoueurs en mode local. Ceux-ci ont moins la cote depuis l’arrivée des jeux en ligne, mais un jeu à deux contre deux, où chaque équipe regarde son propre écran Switch, pourrait être difficile à battre. Dans sa première vidéo de présentation, Nintendo tentait de vendre la Switch en présentant des trentenaires jouant à la console sur un toit, tout en profitant d’un verre en pleine journée d’été. Le concept n’est pas pour tout le monde, mais personnellement, j’adore l’idée.

La Wii avait réussi à transformer le jeu vidéo en quelque chose de communautaire, que ce soit en famille ou entre amis. Plusieurs éléments de la Switch pourraient lui permettre de reproduire l’exploit, mais avec encore plus de brio, de par sa nature portative (dans un parc l’été, dans un hôtel pendant un congrès, à l’école ou au travail sur l’heure du midi, etc.).

Notons que la Switch touche aussi la cible pour les jeunes. Une application de contrôle parental permet aux adultes de bien gérer le temps de jeu de leurs enfants, et l’univers Nintendo sied bien aux familles de toute façon.

Ce qui me fait peur
4

Malheureusement, force est de constater que plusieurs points pourraient mal tourner pour Nintendo.

Le plus évident est bien sûr la présence des développeurs tiers. Nintendo s’est montré rassurant hier en présentant certains développeurs, mais les jeux qui y ont été annoncés étaient souvent des titres lancés il y a quelques années (comme Skyrim) ou qui sont systématiquement publiés sur toutes les plateformes (Minecraft, Just Dance 2017, etc.).

C’est mieux que rien, mais il en faudra un peu plus. Le E3 2017 en juin pourrait donner une bonne idée de l’intérêt des développeurs pour la plateforme.

Toujours par rapport aux jeux tiers, la faible puissance de la console dans un monde où Sony et Microsoft s’attaquent maintenant aux jeux en 4K pourrait faire mal. Il y a amplement de jeux qui n’ont pas besoin de beaucoup de puissance, mais plusieurs ne pourront tout simplement pas fonctionner sur la console de Nintendo. Ce n’est pas la fin du monde, mais pour bien des joueurs avertis, cela veut dire que la Switch sera considérée comme une seconde console, ce qui restreint un peu son marché potentiel.

Quelques détails techniques m’inquiètent également. Est-ce que l’écran sera assez lumineux pour permettre de jouer à la Switch en plein jour à l’extérieur? Est-ce qu’elle sera assez puissante en mode portatif pour faire rouler adéquatement les jeux tiers qui auront été mal portés? L’écran de 6,2 pouces n’est-il pas un peu petit pour y jouer à plusieurs en mode local?

Notons que l’écran de 720p ne me dérange personnellement pas trop considérant sa taille et le genre de jeux qui y sera joué, mais les joueurs sont souvent des chiâleux de premier ordre, et ceux-ci pourraient faire mauvaise publicité à la console pour cette raison.

Bref, le succès n’est pas garanti pour la Nintendo Switch. Mais si les gens adhèrent au concept et qu’un cercle vertueux se met en marche, ramenant ainsi les développeurs tiers dans l’univers Nintendo, la Switch pourrait aussi être une belle réussite.

Aussi dans Vie numérique :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!