Les barres de son conçues pour être installées au mur jouissent d’une grande popularité, même chez ceux qui posent pourtant leur téléviseur sur un meuble. Voilà ce que souhaite corriger Sonos avec le Playbase, un plateau sonore pouvant être placé directement sous le petit écran. Une réussite, tant pour les yeux que les oreilles.

Si la réputation de Sonos n’est plus à faire chez les amateurs de musique souhaitant installer des haut-parleurs dans différentes pièces de leur maison, la société américaine connaît un peu moins de succès avec sa Playbar, une barre de son lancée il y a maintenant quatre ans. Il s’agit toutefois d’un marché important, puisqu’un acheteur qui s’équipe d’une barre de son Sonos pour son téléviseur risque ensuite de vouloir installer d’autres haut-parleurs ailleurs dans sa demeure.

L’entreprise n’a donc rien ménagé pour le Playbase. L’appareil est joli, tant en blanc qu’en noir, et son design arrondi épuré et couvert d’une surface dotée de 43 000 petits trous touche la cible. Visuellement, celui-ci rappelle le Sonos Play:5 lancé l’année dernière, mais avec une forme aplatie qui devrait permettre d’y poser la majorité des téléviseurs de moins de 60 pouces sur le marché (les autres devront quant à eux être accompagnés d’une barre de son).

C’est toutefois à l’écoute que le plateau sonore se distingue réellement. Avec son haut-parleur grave, qui est absent de la Playbar, ses six haut-parleurs moyens et ses trois haut-parleurs aigus, le Playbase offre un son d’une richesse impressionnante. Les sons graves sont beaucoup plus présents qu’avec la Playbar, et la musique semble carrément s’ouvrir lorsqu’on compare l’appareil au Sonos Play:5, qui est pourtant excellent.

Certaines chansons avec des arrangements simples se démarquent moins, mais le générique d’une émission comme Chef’s Table de Netflix, avec ses nombreux instruments à cordes, ou encore un album Jazz comme Nation Time de Joe McPhee, tirent particulièrement profit de la richesse sonore du Playbase.

Quelques modes que l’on sélectionne dans l’application mobile Sonos sont aussi conçus spécialement pour l’écoute de la télé, comme l’amélioration des dialogues et le mode nocturne qui atténue les écarts de volume (une option particulièrement efficace pour réduire le son des explosions dans les jeux vidéo).

La séparation spatiale du Playbase est pour sa part correcte pour la musique, mais ceux qui recherchent un véritable son ambiophonique pour leur cinéma maison devront installer deux haut-parleurs Play:1 supplémentaires pour reproduire un son 5.1 mieux défini. L’ajout du caisson des graves SUB (malheureusement 900$ au Canada) m’apparait cependant être un achat encore plus intéressant, puisque ce dernier améliore non seulement les graves du système, mais il permet aussi au plateau d’augmenter la puissance de ses haut-parleurs aigus et moyens. L’effet est renversant.

Même seul, le Playbase offre toutefois une excellente qualité sonore, digne de la qualité d’image des télés modernes, et son volume devrait convenir à la grande majorité des salons.

Notons que certains regretteront peut-être la simplicité extrême de l’appareil. Celui-ci n’est doté que d’un port audio numérique, et non d’un port HDMI, ce qui pourrait être problématique dans certaines configurations. Quelques technologies sont aussi absentes du Playbase, comme Dolby Atmos et Bluetooth. Un microphone pour l’ajout d’une éventuelle technologie de reconnaissance vocale intégrée aurait également été apprécié (il sera toutefois prochainement possible de contrôler sa musique avec différents services de reconnaissance vocale comme Amazon d’Alexa, à condition de posséder une station compatible comme l’Amazon Echo).

Aussi pour la musique

Le Playbase peut évidemment aussi être utilisé pour écouter de la musique. L’appareil s’intègre alors dans l’écosystème Sonos comme n’importe quel autre haut-parleur sans fil de l’entreprise, ce qui permet d’utiliser son téléphone pour faire jouer une chanson (ou la télé) partout en même temps, ou encore de choisir des ambiances sonores différentes pour chaque pièce de la maison.

La technologie de Sonos n’est pas la seule du genre. Bose et Google offrent notamment de bonnes solutions de rechange. Il s’agit tout de même d’un écosystème franchement intéressant, avec des haut-parleurs d’une bonne qualité et pour différents budgets, où il est facile de faire jouer de la musique provenant de la majorité des services de musique par abonnement comme Spotify ou Apple Music, et où des technologies comme Trueplay permettent d’adapter le son à la forme de sa pièce.

À 900$, le Playbase est cher pour quelqu’un qui ne recherche qu’un haut-parleur pour sa télévision. À ce prix-là, on obtient toutefois un appareil qui va continuer d’évoluer pendant encore plusieurs années grâce à des mises à jour logicielles, et dont la simplicité d’utilisation inégalée risque d’encourager bien des gens à écouter plus de musique dans leur vie de tous les jours.

Il s’agit d’un incontournable pour ceux qui sont déjà équipés d’appareils Sonos et d’un pensez-y-bien pour ceux qui considèrent l’achat d’un système audio sans fil multipièce du genre.

Aussi dans Techno :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!