Les E3 se suivent, mais ne se ressemblent pas. Après avoir passé plusieurs années à panser ses plaies suite à l’échec de la console de jeux vidéo Wii U, Nintendo est de retour en force au Electronic Entertainement Expo (E3), avec une attitude plus sûre d’elle-même et une nouvelle ouverture aux autres. Présentation en trois mots du Nintendo nouveau.

Confiance
L’image est frappante. Après un kiosque joli, mais complètement refermé sur lui-même en 2016 (où tout l’espace de Nintendo au E3 était fermé et consacré au jeu Zelda), Nintendo a conçu cette année son kiosque ouvert et imposant, d’une façon qui affiche beaucoup plus d’assurance.

Les immenses logos et consoles Switch sur les murs sont aussi tournés non pas vers l’intérieur, mais vers l’extérieur. Le message est clair: Nintendo gonfle son torse, et fait savoir à ses concurrents et partenaires tout autour que l’entreprise qui a carrément démocratisé le jeu vidéo est de retour.

Nintendo a raison d’afficher sa confiance. Les ventes de sa Switch sont bonnes (53% des consoles vendues depuis le début 2017 au Canada sont d’ailleurs des Switch et 3DS), et l’entreprise japonaise doit convaincre les éditeurs de jeux que les succès de la Switch sont bien réels si elle veut poursuivre sur sa lancée.

Cette confiance commence même à se faire sentir ailleurs qu’au E3, pour le meilleur et pour le pire. Les détaillants canadiens affichent en effet le jeu Super Mario Odyssey au prix de 99$ au Canada, soit 20$ de plus que la moyenne des nouveaux jeux d’envergure. Le prix n’a toutefois pas été confirmé par Nintendo, il faudra donc attendre de voir s’il se concrétisera au cours des prochains mois. Aux États-Unis, Super Mario Odyssey est annoncé au prix habituel des jeux Switch, soit 59$ US.

Ouverture

Le E3 2017 marque une nouvelle ouverture pour Nintendo, avec le lancement par Ubisoft du jeu Mario + Rabbids Kingdom Battle. Confier le développement d’un nouveau jeu majeur de Mario Bros à un autre studio est évidemment quelque chose d’inhabituel pour Nintendo.

L’éditeur met aussi beaucoup d’emphase au E3 sur les jeux créés par d’autres studios, qui manquaient si cruellement à la Wii U.

Cette ouverture n’est évidemment pas une tendance liée aux succès de la Switch, mais plutôt le résultat des années de vache maigre après le lancement de la Wii U. Le développement de Mario + Rabbids a en effet débuté il y a trois ans, à une époque où Nintendo était ouvert aux compromis pour augmenter ses revenus, sans pour autant investir dans le développement d’un nouveau jeu.

Reste à voir à quel point cette ouverture va continuer, maintenant que la Switch semble en voie de relancer l’entreprise.

Cool

Nintendo a toujours bénéficié d’une immense cote d’amour au E3, mais la société japonaise jouit cette année d’un nouvel aura d’entreprise branchée. Son kiosque est (encore) le plus bondé de tout le salon, et chaque fois où son nom a été prononcé dans une conférence de presse, les studios s’attendaient à une acclamation de la foule (et ils n’ont pas été déçus).

Alors que l’industrie ne s’intéressait plus à Nintendo il n’y a pas si longtemps, les studios souhaitent désormais voir leur nom accolé à celui de Nintendo,

Il est dommage que le E3 arrive si tôt après le lancement de la Switch. Les développeurs attendaient de voir si la console connaîtrait du succès avant d’investir temps et argent. Quelques mois de plus auraient probablement pu permettre aux projets en développement d’avancer un peu plus, et à plus de studios de présenter leurs futurs titres.

Le E3 2018 risque d’être un excellent salon pour Nintendo.

Suivez Maxime Johnson sur Twitter et Facebook.

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!