Immense écran OLED sans bordure, recharge sans fil, caméra double, reconnaissance faciale : plusieurs des nouveautés annoncées cette semaine par Apple pour son iPhone X se retrouvent dès maintenant dans le Samsung Galaxy Note 8, un téléphone format géant qui fait son arrivée aujourd’hui au Canada. Un bon appareil, malheureusement vendu à un prix proportionnel à la taille de son écran.

Design et caractéristiques : dans la continuité

Samsung adopte une approche itérative avec ses téléphones Galaxy Note, qui sont généralement des appareils un peu plus gros et un peu plus performants que ses modèles Galaxy S lancés quelques mois auparavant.

Le Galaxy Note 8 ne fait pas exception à la règle. Le téléphone adopte le même format allongé que le Galaxy S8 et le même design recourbé, ce qui lui permet d’offrir un immense écran de 6,3 pouces, sans être trop large entre les mains. Le Note 8 est d’ailleurs plus étroit que l’iPhone 7 Plus, malgré son écran plus petit de 5,5 pouces.

Autre nouveauté inspirée du S8, l’écran du Galaxy Note fait désormais toute la superficie de l’appareil, ce qui veut dire que le lecteur d’empreintes digitales a été déplacé à l’arrière du téléphone. Le bouton d’accueil été remplacé par un bouton logiciel, qui donne l’impression d’être enfoncé lorsqu’on appuie avec une certaine pression, grâce à un mécanisme haptique sous l’écran.

Côté performances, il est équipé du même puissant processeur Snapdragon 835 de Qualcomm, ce qui en fait l’un des appareils les plus performants sur le marché. L’interface est fluide, tous les jeux les plus lourds fonctionnent, l’appareil photo est rapide à lancer et le traitement de l’image ne prend qu’une fraction de seconde. Bref, on n’attend jamais après le Note 8.

Seule différence sous le capot, le Note 8 est doté de 6 Go de mémoire vive au lieu de 4 Go. Vous ne noterez toutefois pas vraiment la différence dans la vie de tous les jours.

Fente pour carte microSD, résistance à l’eau, 64 Go de capacité interne, recharge sans fil, recharge rapide : la liste complète des caractéristiques de l’appareil est longue. À l’exception d’un décodeur audio haut de gamme, on y retrouve en fait tout ce que l’on peut espérer d’un téléphone intelligent haut de gamme en 2017.

Détail intéressant, la pile du Note 8 est toutefois assez petite pour sa taille (un choix volontaire de Samsung pour éviter que ses appareils explosent comme l’année dernière). J’ai heureusement trouvé l’autonomie suffisante pour une journée complète, même si elle ne bat aucun record.

Une reconnaissance faciale trop lente

Le déplacement du lecteur d’empreintes digitales à l’arrière a un inconvénient de taille : celui-ci est désormais tellement mal placé (d’une façon excentrée, loin au-dessus de la position naturelle de notre index), qu’il est pratiquement inutilisable.

Pour compenser, Samsung met l’emphase sur son nouveau mécanisme de détection du visage pour déverrouiller l’appareil. Malheureusement, la technologie n’est pas vraiment au point.

Selon les conditions ambiantes, la reconnaissance faciale est en fait trop lente. Pas assez pour qu’on la désactive, mais assez pour qu’elle soit souvent frustrante. Il est possible d’activer un mode rapide, qui ne fait pas appel à la caméra infrarouge de l’appareil, mais le mécanisme est alors moins sécuritaire, et peut facilement être déjoué avec une photo.

Bref, ce n’est pas la catastrophe, mais il s’agit d’un des rares points où le téléphone de Samsung déçoit.

Un appareil photo double à surveiller

L’une des plus grandes nouveautés du Samsung Galaxy Note 8 est son appareil photo double, une caractéristique de plus en plus commune dans les téléphones Android.

Alors que Huawei et Essential Phone ont opté pour un second capteur en noir et blanc et que LG a opté pour un second capteur grand-angle, Samsung se range ici du côté d’Apple en équipant son appareil d’un capteur offrant un zoom optique 2X.

Ce second capteur offre la même résolution de 12 mégapixels que le capteur principal, mais avec une ouverture de F2.4 plutôt que F1.7, vous devrez donc surtout l’utiliser le jour.

Alors qu’Apple offre le mode portrait avec son iPhone 7 Plus, Samsung offre pour sa part un mode « Mise au point en direct », qui permet aussi de créer un flou artistique autour de son sujet. Celui-ci permet toutefoi de changer son intensité, ce qui n’est pas possible du côté d’Apple.

Autre détail intéressant, toutes les informations provenant des deux capteurs sont enregistrées lors d’une photo en mise au point en direct. Vous pourrez donc choisir ensuite entre une photo grand angle, une photo rapprochée normale ou une photo rapprochée dont le faux bokeh peut être modifié.

Le mode fonctionne assez bien, plus avec des visages qu’avec des objets, mais l’effet pourrait tout de même être amélioré avec une mise à jour logicielle ultérieure, puisque les contours ne sont pas toujours bien découpés.

Lorsqu’un cliché sort bien, la qualité est toutefois exceptionnelle.

Pour les photos régulières, notons que le Galaxy Note 8 est parmi les meilleurs appareils sur le marché : sa mise au point est rapide, les couleurs sont juste et les images précises à la noirceur, à l’image du Galaxy S8.

Un stylet, comme toujours

Le Galaxy Note 8 est doté encore une fois d’un petit stylet actif, qui peut être placé dans le boitier de l’appareil directement.

Comme l’année dernière, il est possible de s’en servir rapidement, même lorsque le téléphone est en veille, et la précision du stylet est toujours impressionnante.

Parmi les nouveautés appréciées, notons que le téléphone émet un léger bruit de crayon lorsqu’on écrit sur l’écran. L’effet est subtil, au point où je me suis demandé s’il s’agissait peut-être du véritable son du stylet sur l’écran, mais contribue à donner l’impression que l’on écrit avec un véritable crayon.

Personnellement, je n’utilise pas le stylet des Galaxy Note, mais ceux qui s’en servent seront heureux d’apprendre que la formule générale n’a pas été modifiée. Si quelque chose n’est pas brisé, pourquoi le changer?

Logiciel : Oreo recherché et Bixby en anglais
Côté logiciel, le Samsung Galaxy Note 8 est doté d’Android 7.1 Nougat, avec une surcouche personnalisée.

Cette surcouche n’est pas mauvaises. Samsung offre plusieurs outils pratiques (pour faciliter la navigation, par exemple), et j’ai apprécié la simplicité avec laquelle il était possible de choisir les applications à installer lors de la configuration initiale de l’appareil.

Alors que les premiers téléphones Android Oreo sont sur le point d’arriver sur le marché, on regrette toutefois la présence du système d’ancienne génération. Surtout considérant que le prochain système de Google pourrait une fois pour toutes corriger le problème des mises à jour Android, grâce au projet Treble qui compartimentalise les changements logiciels apportés par les fabricants au système d’exploitation.

La présence d’Android Nougat n’est pas vraiment un défaut pour le Note 8 (on ne peut que blâmer sa date de lancement), mais on aurait quand même préféré pouvoir profiter d’Oreo dès maintenant.

L’autre déception du Note 8 est la présence de l’assistant personnel Bixby de Samsung. J’aime cet assistant complémentaire à Google Assistant, qui permet surtout de contrôler le téléphone, mais celui-ci n’est offert qu’en anglais à l’heure actuelle.

Attendez-vous à payer cher
Tout comme l’iPhone X à venir en novembre, le Samsung Galaxy Note 8 est cher. Très cher même, à 1350$ sans entente.

Selon les opérateurs, celui-ci se vend environ 550$ avec un forfait mensuel de 100$ pendant deux ans, ou 750$ avec un forfait mensuel de 85$ pendant deux ans. Certains opérateurs sont un peu plus abordables, comme Vidéotron, à 450$ avec un forfait de 90$ pendant deux ans, mais il s’agit dans tous les cas d’un achat de luxe, qui n’est pas pour tous les budgets.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!