Maxime Johnson Les Pixel 2 et Pixel 2 XL sont dotés de l’un des meilleurs appareils photo de téléphone sur le marché, surtout pour la prise de portraits.

Le Pixel 2 est à Android ce que l’iPhone est à iOS.

Les nouveaux téléphones intelligents Pixel 2 et Pixel 2 XL mettent en valeur le talent logiciel de Google comme aucun autre appareil Android sur le marché. Mise à l’essai de deux appareils qui se démarquent du lot, malgré un bémol important pour le plus gros modèle des deux.

Les attentes étaient élevées pour les Pixel 2, les seconds téléphones conçus directement par Google. Dans l’ensemble, ceux-ci livrent la marchandise, et représentent même une amélioration considérable par rapport à leurs prédécesseurs, tant du point de vue matériel que logiciel.

Côté design, les deux téléphones – dotés d’un écran de 5 po pour le modèle de base et de 6 po pour le XL – offrent une finition métallique texturée agréable entre les mains, et une allure quand même distincte des autres appareils sur le marché. Les Pixel n’ont pas la beauté du Samsung Galaxy S8 ou de l’Essential Phone, mais tirent tout de même leur épingle du jeu. Notons toutefois que le Pixel 2 XL est plus réussi que son petit frère sur ce point, grâce à son cadre plus étroit.

Les deux appareils ont une fiche technique semblable, avec le même puissant processeur et suffisamment d’espace disque. Dans un cas comme dans l’autre, les applications les plus lourdes sont fluides, et l’autonomie est suffisante pour une journée chargée. Notons que certains regretteront l’absence d’une prise audio 3,5 mm, une caractéristique de plus en plus souvent délaissée dans les appareils haut de gamme (malheureusement). Pour écouter de la musique, il faut donc passer par des écouteurs Bluetooth ou utiliser l’adaptateur USB fourni.

L’aspect matériel des Google Pixel 2 n’est toutefois pas leur plus grande force. C’est plutôt le logiciel qui se démarque ici. L’appareil est doté de la version de base d’Android Oreo, il intègre l’assistant Google d’une façon intelligente (il suffit de serrer le téléphone pour poser ses questions à l’assistant), et Google garantit que l’appareil recevra des mises à jour pendant au moins trois ans, une éternité dans l’univers Android.

Un bel exemple de photographie de calcul

Le meilleur logiciel n’est toutefois pas celui qu’on voit, mais plutôt le code invisible qui fait fonctionner les différentes composantes des Pixel 2. Cela est particulièrement vrai pour leur appareil photo, l’un des meilleurs sur le marché en ce moment.

Les Pixel prennent non seulement de belles images à la clarté et à la noirceur, mais un effet logiciel permet aussi de réaliser des portraits pratiquement aussi jolis qu’avec un appareil photo reflex. Le faux flou artistique autour du sujet n’est pas toujours parfait, mais quand il l’est, le résultat est saisissant.

Cet effet est un exemple de photographie de calcul, un concept à la mode qui fait que les caméras des téléphones intelligents sont améliorées non plus grâce à leurs pièces, mais à leur logiciel. Plusieurs autres téléphones sur le marché réussissent des effets du genre, comme l’iPhone 8 Plus et le Samsung Galaxy Note 8, mais ceux-ci ont besoin de deux caméras à l’arrière pour cette fonctionnalité. Les Pixel 2 le font avec une seule, et ce, même avec la caméra frontale.

Il s’agit d’une des situations où le logiciel complémente le matériel parfaitement, une caractéristique qu’on associe souvent à Apple et à son iPhone.

Problèmes d’écran

Malheureusement, le Pixel 2 XL possède une tache importante à son dossier : son écran AMOLED. Celui-ci est un peu terne au goût de plusieurs et un problème technique semble affecter certains modèles : la barre de navigation reste déjà imprimée en permanence au bas de l’écran après quelques jours seulement, même lorsqu’elle ne s’affiche pas, ce qui ne laisse rien présager de bon à long terme. Je n’ai toutefois pas éprouvé ce problème avec mon Pixel 2 XL.

Un détail m’a toutefois plus incommodé: les couleurs de l’écran changent considérablement selon l’inclinaison de l’appareil, passant du blanc au rouge et au bleu. Le défaut est impossible à manquer. Certains vont l’oublier rapidement dans leur utilisation de tous les jours (c’est mon cas), mais d’autres, plus pointilleux, risquent d’avoir de la difficulté à l’accepter. C’est dommage, surtout pour un téléphone qui aspire aux plus grands honneurs et qui est vendu 1159$ sans entente. Notons que le Pixel 2 de 5 po (899$ sans entente) ne souffre pas de ce problème, ce qui en fait un meilleur achat pour certains.

Les Pixel 2 et Pixel 2 XL de Google sont offerts dès maintenant chez la plupart des opérateurs.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!