Maxime Johnson

Est-ce qu’un disque dur peut fonctionner aussi rapidement qu’un disque SSD ou NVMe moderne? Aussi étonnant que cela puisse paraître, oui, grâce à la mémoire Intel Optane, qui est venue à bout de mon scepticisme après plusieurs jours de tests.

Qu’est-ce que c’est?
La mémoire Intel Optane a été lancée l’année dernière. Il s’agit en résumé d’une mémoire particulièrement rapide, qui doit être utilisée en combinaison avec un disque dur ou un disque SSD.

Puisque la mémoire est plus rapide qu’un support de stockage conventionnel, un outil logiciel y transfère constamment des fichiers importants de Windows, des fragments d’applications et des fichiers temporaires. Comme par magie, un vieux disque dur lent semble soudainement aussi rapide à utiliser qu’un disque SSD moderne.

L’idée n’est pas nouvelle. Apple fait par exemple quelque chose du genre avec ses disques Fusion Drive depuis plusieurs années. Dans le cas d’Intel Optane, la mémoire 3D Xpoint qui est utilisée est particulièrement rapide, et elle est reliée à son ordinateur par l’interface PCIe, qui offre plus de bande passante que l’interface SATA utilisée par les disques durs et SSD. Il y a aussi plus d’espace dans une plaquette Optane que dans ce que l’on retrouve normalement dans un disque avec mémoire cache comme Fusion Drive.

Bref, l’idée existait depuis longtemps, mais c’est l’arrivée de nouvelles technologies qui rend soudainement le concept plus attrayant.

Qui peut utiliser Intel Optane?

Installer une barrette de mémoire Optane nécessite un processeur Intel Core de septième génération (et plus récent) et une carte-mère compatible dotée d’un nouveau port M.2. Dans les faits, vous aurez probablement besoin d’un PC monté au cours de la dernière année pour pouvoir en profiter (c’est d’ailleurs ce qui explique mon retard de plusieurs mois dans ce test).

Notons qu’Intel Optane peut accompagner uniquement le disque système où Windows est installé, et non un disque secondaire.

Comment la mémoire Intel Optane a été testée?

Il existe deux formats de mémoire Intel Optane : un de 16 Go pour les activités de bureautique et le web, et un de 32 Go pour le jeu et les applications professionnelles (montage, traitement 3D, etc.). J’ai essayé le modèle de 32 Go pour ce billet.

J’ai comparé les performances d’un ordinateur (processeur Intel Core i7-8770K, carte-mère Gigabyte Z370 AORUS Gaming 3, 32 Go de RAM Ballistix Elite et carte graphique EVGA GeForce GTX 1070 Ti) lorsqu’utilisé avec trois supports de stockage différents, avec et sans la mémoire Intel Optane.

Côté stockage, un premier système a été utilisé avec un disque dur traditionnel (Seagate Barracuda à 7200 rpm), avec et sans Optane, un disque dur SSD SATA (Kingston HyperX), avec et sans Optane, et une barrette NVMe (OCZ RD400), sans Optane.

L’installation d’Optane se fait en quelques clics seulement, à condition que le disque de stockage qu’il accompagne ait été formaté de la bonne façon au préalable. Un disque formaté MBR sur lequel un système d’exploitation avait déjà été installé pourrait être plus problématique à utiliser, mais rien que quelques recherches Google ne peuvent résoudre.

Je m’en suis tenu à différents tests de performances pour évaluer les configurations, par souci de simplicité. Certains tests choisis, soit PC Mark 10 et PC Mark 8 Storage 2.0, permettent d’ailleurs de mettre en valeur les avantages de la mémoire Optane dans une utilisation de tous les jours, comme l’ouverture d’applications, la sauvegarde et le traitement de gros fichiers.

J’ai finalement effectué un test de performance de stockage CrystalDiskMark pour chaque configuration et j’ai mesuré le temps de démarrage de Windows 10.

Des résultats étonnants

Test après test, la performance d’Intel Optane s’est avérée systématiquement au-dessus de mes attentes. Un système plus rapide était à prévoir, mais jamais à ce point-là.

Dans le test PCMark 10 ci-haut, un ordinateur doté d’Optane et d’un disque dur traditionnel rivalise avec un PC où Windows est installé sur un disque SSD ou même sur un disque NVMe directement.

En analysant uniquement les performances du stockage au test PCMark 8 Storage 2.0, le tableau est sensiblement le même, mais le disque NVMe reprend le dessus de justesse. L’option avec Optane et un disque dur tire toutefois un peu plus de l’arrière.

Le test synthétique Crystal Mark Disk met pour sa part en valeur les performances en écriture et lecture aléatoires d’Optane, tandis que le RD400 d’OCZ domine largement la lecture et l’écriture séquentielle.

Le temps de démarrage est quant à lui grandement accéléré par Optane, surtout, comme on pouvait s’en douter, comparé à un disque dur. Notons que la combinaison Optane et SSD est ici légèrement plus rapide que la plaquette NVMe. Ce sont les meilleures performances en lecture et écriture aléatoire (4K) de la mémoire Optane par rapport à la mémoire utilisée par OCZ qui lui permettent d’ouvrir Windows plus rapidement. Le résultat démontre aussi que la technologie a particulièrement été peaufinée pour accélérer le chargement du système d’exploitation.

Notons que je n’ai pas eu l’occasion de profiter d’aucun des systèmes très longtemps, mais avec une brève utilisation, ceux-ci semblaient tous fluides dans la vie de tous les jours (à l’exception de celui avec un disque dur, sans Optane). Lancer des applications était rapide, même celles qui n’avaient jamais été ouvertes.

Ajoutons aussi que certaines opérations, comme transférer des fichiers d’un disque dur à un autre, ne seront pas accélérées par Optane.

À qui ça s’adresse?

Les barrettes Intel Optane s’adressent pour l’instant à ceux qui souhaitent monter un PC eux-mêmes, mais qui ne sont pas prêts à payer le maximum d’argent pour chacune de leurs composantes.

Un utilisateur pourrait choisir d’économiser sur un disque NVMe en optant pour un disque SSD d’entrée de gamme et Optane, ce qui lui permettrait d’obtenir des performances similaires, mais pour un peu moins cher. Malheureusement, à 59,99$ pour le module Intel Optane de 16 Go et à 89,99$ pour le module de 32 Go, l’économie réalisée risque d’être assez petite.

L’économie est plus grande avec un disque dur, mais il faut alors accepter une baisse de performances et surtout endurer les risques des disques durs (qui sont plus bruyants et qui brisent plus facilement). Ce n’est probablement pas un compromis qui intéressera ceux qui montent un PC moderne et puissant.

Bref, l’impact d’Intel Optane sur les ordinateurs de bureau aurait été beaucoup plus important il y a quelques années, alors que les disques SSD volumineux étaient encore chers. Aujourd’hui, son public cible risque d’être un peu plus restreint.

La technologie pourrait tout de même avoir un bon potentiel pour les ordinateurs portatifs, tant pour ceux avec un disque SSD que pour ceux d’entrée de gamme avec un disque dur, qui paraîtront beaucoup plus rapides qu’à l’heure actuelle, malgré une hausse marginale de prix seulement.

Notons qu’Intel offre aussi des disques SSD et NVMe avec sa technologie Optane. Ceux-ci sont encore chers, mais devraient offrir de solides performances pour ceux qui souhaitent maximiser la puissance de leur PC.

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!