Nintendo Les ensembles Nintendo Labo seront lancés vendredi à partir de 89,99 $.

Les ensembles Nintendo Labo mêlent bricolage et jeux vidéo.

Nintendo n’en est pas à une idée originale près. L’entreprise redouble d’audace cette semaine avec le lancement des ensembles Nintendo Labo, des jeux vidéo accompagnés d’accessoires de carton qu’il faut découper, plier, assembler et décorer avant de pouvoir les utiliser. Et le résultat atteint la cible, autant pour les enfants que pour les parents.

Nintendo Labo n’est pas un jeu vidéo comme les autres. Pour y jouer, il faut prévoir un temps de préparation de quelques minutes à quelques heures, selon le projet choisi, afin de monter une canne à pêche, un petit piano, une voiture téléguidée ou un gros sac à dos qui transforme un enfant en robot géant.

Pour fabriquer ces objets essentiels aux différents jeux vidéo du Labo, on retire des pièces prédécoupées de grandes feuilles de carton, on les plie et on les imbrique patiemment les unes dans les autres en suivant des instructions à la manière d’un meuble Ikea.

L’assemblage lui-même est amusant, un peu comme si on montait un ensemble de blocs Lego ou un modèle miniature. Chaque étape est facile et les enfants de 9 à 12 ans devraient pouvoir réaliser la plupart des projets seuls. Les plus jeunes auront toutefois besoin de supervision.

Après le bricolage, le jeu vidéo Une fois son accessoire assemblé, il suffit d’y insérer une console Switch ou des manettes pour commencer à jouer.

Chaque bricolage accompagne son propre jeu. Un guidon de moto contrôle un véhicule dans un jeu de course, la canne à pêche attrape des poissons sur sa Switch (c’est mon coup de cœur) et un piano peut être utilisé pour jouer de la musique. Le tout est d’une ingéniosité rare et profite avec brio des différents capteurs des manettes de la Switch, notamment la caméra infrarouge.

Dans l’ensemble, toutefois, les jeux sont simples et d’un intérêt limité. Les jeunes s’y intéresseront pendant quelques heures, mais on est loin du potentiel à long terme d’un Mario Kart, par exemple.

Le mode garage pourrait par contre prolonger la vie du Nintendo Labo, du moins dans certaines familles. Celui-ci permet de programmer ses manettes et de créer de nouveaux accessoires pour transformer sa Switch en guitare, par exemple. Le public cible de Nintendo est probablement trop jeune pour faire quelque chose de vraiment intéressant avec le garage, mais je suis convaincu que des youtubeurs créatifs publieront rapidement des tutoriels originaux pour fabriquer des créations impressionnantes.

Enseigner la réparation aux enfants
À l’ère de l’obsolescence et du prêt-à-jeter, Nintendo Labo représente aussi une bonne façon d’apprendre à ses enfants la possibilité de réparer leurs objets abîmés.

Le carton utilisé par Nintendo est solide, mais si l’enfant joue souvent avec ses appareils, ce n’est qu’une question de temps avant qu’une partie ne se brise. Rapiécer son gadget sera toutefois facile, que ce soit avec un peu de papier collant ou encore en utilisant les retailles originales du carton comme des pochoirs pour découper des pièces de rechange.

L’enfant pourra ainsi démonter son accessoire et remplacer les morceaux brisés pour en prolonger la durée.
Un parent motivé pourrait même acheter plusieurs feuilles de carton et tracer des pièces à l’avance pour une activité de groupe lors d’une fête d’enfants, par exemple. En dévalisant une boutique de scrapbooking pour permettre aux jeunes de décorer leurs créations, il sera même possible de passer la journée à jouer à des jeux vidéo sans dépasser sa limite de temps d’écran!

Qu’on achète l’ensemble Multi-kit, qui comprend cinq projets (89,99$), ou le Kit robot, plus avancé (99,99$), il est difficile d’imaginer de meilleurs jeux vidéo pour les familles. Nintendo Labo est d’ailleurs la justification parfaite pour les parents qui hésitaient encore à s’équiper d’une console Swtich.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!