Reflector entertainment

Le studio montréalais Reflector modernise la création d’histoires avec son nouvel univers Unkown 9, que ses amateurs pourront découvrir sur une multitude de plateformes, de la baladodiffusion au 
jeu vidéo en passant par le cinéma.

Une dizaine de spectateurs masqués entrent dans une salle sombre pour leur initiation à la Leap Year Society, la société secrète au cœur du nouvel univers Unknown 9. La courte pièce de théâtre immersif présentée à New York le week-end dernier à l’occasion du Comic Con est le premier contact direct que les amateurs d’occulte, de théorie du complot et de fantastique ont pu avoir avec cette société à la recherche de neuf êtres immortels mythiques.

La pièce, dont le côté noir et mystérieux rappelle l’expérience Sleep No More présentée au même endroit à New York, n’est qu’un amuse-bouche, un avant-goût de tout ce qui s’en vient pour cet univers ambitieux. Cinéma, livres, bandes dessinées, baladodiffusions, jeux vidéo, événements en direct, télévision :
les amateurs d’Unknown 9 pourront découvrir ce thriller de conspiration occulte d’une multitude de façons, et ce, pendant plusieurs années.

«Nous créons quelque chose pour le public d’aujourd’hui, qui ne consomme plus le divertissement comme avant», explique Alexandre Amancio, PDG de Reflector et directeur créatif d’Unknown 9, le premier univers produit par l’entreprise.

Raconter des histoires sur plusieurs plateformes – ce qu’on appelle parfois le transmédia – n’est pas nouveau. Cependant, Reflector est probablement le premier studio à grand déploiement (l’entreprise financée par Lune rouge, la société d’investissement de Guy Laliberté, compte 80 employés, et devrait atteindre les 300 d’ici 3 ans) à utiliser cette approche dès la conception de son univers. Jusqu’ici, le contenu transmédia était surtout associé aux petites productions ou aux grandes franchises déjà établies, Star Wars, par exemple.

«Nous, c’est au cœur de notre modèle d’affaires», précise à Métro Alexandre Amancio. Les différentes plateformes seront indépendantes et ne seront pas tenues d’être rentables tant que l’univers l’est dans son ensemble. Les plateformes moins payantes peuvent toutefois avoir d’autres bénéfices, comme attirer de nouveaux amateurs ou leur permettre de s’exprimer et d’avoir une influence sur l’évolution de l’univers Unknown 9.

Toutes les plateformes 
se valent
Même si certaines déclinaisons risquent d’être plus populaires que d’autres (comme le jeu vidéo pour consoles qu’une équipe de vétérans de l’industrie développe présentement et le film sur lequel planchent les scénaristes de 10 Cloverfield Lane), toutes les histoires d’Unknown 9 sont conçues sur un pied d’égalité, et aucune n’est plus importante que les autres.

La démarche détonne par rapport à d’autres expériences similaires réalisées au cours des dernières années. «Nous faisions du transmédia avec Heroes, mais c’était surtout une démarche marketing pour attirer les spectateurs vers l’émission de télé», se souvient Tim Kring, créateur de cette série de science-fiction à succès du milieu des années 2000. Tim Kring a participé à l’élaboration d’Unknown 9 dès ses premières heures et dirigera la série télé de cet univers, qui devrait voir le jour vers 2021.

En attendant le livre et la bande dessinée à venir en 2019, le jeu vidéo et le film à venir en 2020 et la série télé prévue pour 2021, ceux qui souhaitent découvrir Unknown 9 peuvent le faire dès 
maintenant grâce à la baladodiffusion The Leap Year Society Podcast.

Au cours des réunions de remue-méninges organisées par Reflector, l’univers d’Unknown 9 a germé dans la tête des créateurs associés au studio et des histoires ont été attitrées à certaines plateformes, selon les forces et les faiblesses de chacune. «Certaines idées sont meilleures en baladodiffusion ou en bande dessinée qu’à la télé», image Tim Kring. La série de bandes dessinées, qui sera publiée au début de 2019 par la maison d’édition Dark Horse, se déroulera par exemple 400 ans dans le passé, puisqu’il est plus facile de dessiner une époque ancienne que de la filmer.

S’assurer que toutes les histoires racontées sont cohérentes s’annonce évidemment un défi de taille. «On veut éviter que le spectateur ait besoin d’éléments expliqués sur une plateforme pour en comprendre une autre», note Kim Belair, architecte narrative d’Unknown 9. Le travail de celle qui sera le pont entre les différents créateurs est d’autant plus important que les amateurs d’Unknown 9 n’auront pas tous le même temps à investir dans la franchise.

«Quelqu’un pourra jouer seulement au jeu vidéo, tandis qu’un mordu pourra consommer les histoires sur toutes les plateformes», 
illustre Alexandre Amancio.

En attendant le livre et la bande dessinée à venir en 2019, le jeu vidéo et le film à venir en 2020 et la série télé prévue pour 2021, ceux qui souhaitent découvrir Unknown 9 peuvent le faire dès maintenant grâce à la baladodiffusion The Leap Year Society Podcast, accessible sur le site unknown9.com.

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!