Maxime Johnson La tablette Pixel Slate de Google peut aussi servir d’ordinateur portatif.

À la fois tablette et ordinateur portatif, la Pixel Slate de Google comble un trou dans l’écosystème Chrome OS de Google, sans pour autant répondre à un besoin des utilisateurs.

Un système d’exploitation léger, qui permet de profiter de tous les avantages des applications web et de l’infonuagique: voilà la promesse de Chrome OS de Google, qui connaît notamment beaucoup de succès dans les écoles et un peu dans les entreprises.

Les ordinateurs munis de Chrome OS séduisent aussi parfois le grand public, comme les amateurs de Google et les étudiants habitués au système. Les Chromebook sont généralement des appareils abordables, mais il existe aussi des modèles plus haut de gamme, conçus par Google directement. La nouvelle Pixel Slate tombe dans cette seconde catégorie: une tablette deux-en-un d’une grande qualité, l’équivalent pour Chrome OS de la Surface Pro 6 sur Windows ou de l’iPad Pro 12 sur iOS.

L’appareil offre toutes les caractéristiques matérielles qu’on peut attendre d’une tablette vendue plus de 1000$ avec ses accessoires. Son grand écran est superbe, sa construction solide, son format agréable entre les mains et son capteur d’empreintes digitales efficace. La tablette offre aussi une longue autonomie, suffisante pour une journée complète. On apprécie ses deux ports USB-C, et ses haut-parleurs d’une qualité étonnante en font une tablette exceptionnelle pour regarder un film.

Ses accessoires touchent aussi la cible. Son stylet est plus ou moins utile pour l’instant, mais il fonctionne correctement, et son clavier est un des mieux conçus sur le marché. Il protège la tablette des deux côtés et il permet de placer l’écran à n’importe quel angle. Les touches sont espacées et agréables à enfoncer, et le pavé tactile est grand et précis. On l’accroche malheureusement souvent avec notre paume, ce qui fait déplacer le curseur, mais le problème est ici plus logiciel que matériel et pourrait donc être corrigé avec une mise à jour ultérieure.

Un logiciel qui déçoit
Malgré toutes ses qualités matérielles, la Pixel Slate déçoit par son logiciel confus et parfois instable. Chrome OS se résume normalement à une fenêtre du navigateur Chrome dans laquelle on utilise des applications web (comme Google Docs), mais la tablette permet ici aussi d’installer des applications Android et Linux, pour les utilisateurs plus avancés.

Si le système gagne des fonctionnalités appréciées, il perd aussi de sa simplicité. Un bien pour un mal qui devrait plaire aux utilisateurs, mais qui rend le système d’exploitation un peu moins unique.

Malheureusement, plusieurs applications Android sont incompatibles avec Chrome OS, et celles qui fonctionnent sont parfois instables et saccadées (même si la configuration mise à l’essai ici est une des plus puissantes, avec un processeur Core i5 d’Intel). L’affichage des applications est aussi souvent inégal sur un écran de 12,3 po, un problème qui explique en partie les insuccès d’Android pour les tablettes.

Il y a tout de même quelques avantages à avoir ce système hybride. Ainsi, le navigateur est digne d’un véritable ordinateur, avec des extensions et une compatibilité avec les sites lourds comme Tweetdeck, et des applications Android sont disponibles lorsque Chrome ne suffit pas.

Plus pour Google que pour les utilisateurs
L’intérêt de la Pixel Slate pour Google est évident. L’entreprise doit offrir des appareils de tous les genres si elle souhaite faire de Chrome OS un système à part entière. Une entreprise qui l’adopte pourrait par exemple nécessiter des tablettes pour une de ses divisions. Même chose pour une commission scolaire qui aurait l’intention de familiariser ses élèves avec les stylets numériques.

On se demande toutefois à quels besoins l’appareil répond pour les utilisateurs. À configuration égale, la Pixel Slate est en effet plus chère qu’une Surface Pro 6, sans être aussi polyvalente. Et ceux qui recherchent principalement une tablette risquent d’être mieux servis avec un iPad, ou même avec une tablette Android.

La Pixel Slate coûte de 849$ à près de 2400$ selon la configuration et les accessoires choisis. C’est cher, surtout pour un appareil qui demande autant de compromis.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!