Maxime Johnson Les serveurs du centre de données de Telus à Rimouski sont entreposés dans des «rangées froides» comme celle-ci. Chaque rangée peut contenir jusqu’à 21 000 processeurs.

Telus a inauguré la semaine dernière à Rimouski son tout nouveau centre de données de dernière génération.

Visite guidée d’un endroit où de nombreux sites web et services en ligne québécois et canadiens seront hébergés au cours des prochaines années.

De l’extérieur, le nouveau bâtiment anonyme de Telus construit au coût de 65 M$ ressemble à bien d’autres édifices industriels modernes. Dès qu’on y met les pieds, il devient toutefois évident qu’il s’agit d’un endroit important, notamment à cause de son imposante sécurité.

Comme dans beaucoup d’autres compagnies, l’accès à l’immeuble est surveillé, mais la place est définitivement gardée avec un zèle hors du commun, et même l’adresse du centre est tenue secrète.

De plus, les fenêtres de l’immeuble sont pare-balle, et les murs sont conçus pour résister aux explosions. Non pas que Telus ait peur d’une attaque armée dans le Bas-du-Fleuve, mais savoir que leurs données sont en sécurité est primordial pour les clients d’un centre de ce genre.

Et c’est compréhensible. Ces clients, des petites aux grandes entreprises, en passant par les différents paliers de gouvernement, utilisent les centres de données pour y emmagasiner leurs informations confidentielles, mais aussi pour y faire fonctionner leurs systèmes internes, leur boutique en ligne, etc.

Un centre comme celui-ci doit donc être sécuritaire, mais aussi fiable. Avec son système électrique moderne et une redondance de l’équipement qui assure une bonne protection en cas de bris et permet de faire des réparations dans le centre sans le fermer, Telus peut assurer être fiable à 99,982 % du temps, une exigence pour obtenir la cote Tier III de l’Uptime Institute que le centre de Rimouski est l’un des rares bâtiments au Canada à détenir.

À l’intérieur, tout est propre, mais aussi étonnamment spacieux. D’ailleurs, seulement une quinzaine de personnes y travaillent, ce qui contribue certainement à l’impression de grandeur.

Même s’il est déjà en service, le centre de Rimouski est encore loin d’être terminé. Il n’offre pour l’instant en effet qu’un seul «module», une aile préfabriquée où l’équipement informatique est rassemblé, alors qu’il devrait en avoir 7 d’ici les 20 prochaines années.

À terme, le centre de données devrait couvrir la superficie de deux terrains de football.

Rimouski la froide
Plusieurs raisons expliquent le choix de Rimouski pour bâtir le centre de données de Telus, entre autres son climat. Grâce à ce dernier et à la technologie moderne utilisée pour concevoir le centre, la compagnie prévoit ne refroidir mécaniquement ses serveurs que durant 40 heures par année. Le tout devrait contribuer à rendre le centre de données 80 % plus efficace que la plupart des établissements du même genre.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!