Archives

Les villes sont de mieux en mieux desservies par différents services automobiles reliés à l’économie du partage, comme Car2Go et AutoMobile à Montréal, qui permettent de louer une voiture pendant quelques minutes, le temps d’un déplacement. Hors des grands centres, point de salut par contre. Pour l’instant, du moins.

Si l’auto en libre-service connaît un essor important dans les grandes villes, où la densité de la population facilite le succès des services du genre, les banlieues représentent en effet une véritable poule aux œufs d’or, dont les entreprises aimeraient bien profiter.

«94% de la croissance de la population aux États-Unis se fait dans les banlieues», explique Fred Kim, du groupe de recherche sur la société et les technologies au Centre de recherche et développement de Mercedes-Benz pour l’Amérique du Nord (MBRDNA), à l’occasion d’une présentation pour souligner les 20 ans du centre en Californie.

Son groupe analyse les grandes tendances de la société nord-américaine afin de mieux orienter la recherche et de trouver des opportunités d’affaires pour le constructeur automobile allemand. Et ces différentes tendances pointent toutes vers la nécessité d’innover par rapport à la mobilité en banlieue.

« La densité de population est souvent tellement basse dans les banlieues que les transports publics ne sont pas à la hauteur. Nous ne voulons pas remplacer ces transports, mais nous voulons offrir une option supplémentaire aux résidents », précise le chercheur.

Quelques projets déjà en cours
boost

Avec l’exode des plus vieux de la génération Y vers la banlieue déjà bien amorcé, Mercedes-Benz développe depuis quelques années une série de projets pilotes reliés à l’économie du partage en dehors des grands centres.

«On nous a demandé de penser au futur de la compagnie, mais au-delà de la voiture», explique Ashleigh Patterson, gestionnaire au groupe d’innovation des affaires de Mercedes-Benz, le groupe qui a mis sur pied le projet Car2Go en 2007 pour Daimler, et dont la branche américaine a délaissé depuis son attention des villes pour se concentrer exclusivement sur la banlieue.

«Nous agissons comme une jeune entreprise. Notre but est de créer des projets rapidement à partir de nos idées, de les lancer et d’itérer nos modèles quotidiennement. À chaque étape, nous nous assurons aussi que l’idée vaut la peine d’être poursuivie», ajoute-t-elle.

À quoi ressemblera le Car2Go du 450? Pour l’instant, deux projets du groupe semblent prometteurs, selon la compagnie. C’est notamment le cas de Boost, un service de navette pour enfants avec chauffeur et concierge.

À condition de réserver trois jour à l’avance, des parents qui doivent par exemple travailler tard un soir peuvent commander une Boost, une navette spacieuse aménagée dans une Sprinter de Mercedes-Benz. En plus d’animer les déplacements, le concierge à bord du véhicule assure aussi le transfert des jeunes, en allant par exemple chercher l’enfant (de 5 à 15 ans) directement au service de garde de son école, et en l’emmenant ensuite à son cours de guitare, en reconduisant le gamin directement à son local de classe.

«Nous avons un algorithme qui nous permet de trouver les trajets optimaux pour prendre plusieurs personnes un peu partout et les laisser chacun à un endroit différent», explique Ashleigh Patterson, qui ajoute que les chauffeurs et concierges doivent passer par un examen très strict de leurs antécédents judiciaires avant d’être en contact avec les enfants.

Un déplacement en Boost coûte environ une vingtaine de dollars, mais il est aussi possible de noliser une navette pour un groupe d’enfants qui se dirigent tous au même endroit, ou d’économiser en achetant des déplacements à l’avance.

Le projet à l’essai depuis deux ans dans la région de San Francisco serait prometteur, au point où l’entreprise considérerait présentement l’exporter dans d’autres pays.

Un autre projet, plus récent celui-là, a aussi été lancé récemment aux États-Unis. RanchRide reprend le concept et les algorithmes de Boost, mais pour les adultes cette fois-ci, qui peuvent par exemple s’en servir pour aller au travail le matin, et ainsi profiter du temps de déplacement pour travailler ou dormir un peu plus, tout en ayant un impact moins grand sur la circulation. D’autres projets sont aussi en développement et seront dévoilés dans un avenir rapproché.

La voiture est intimement liée à la banlieue, et cette tendance ne semble pas sur le point de disparaître. Ce qui ne veut toutefois pas dire qu’il n’y aura pas des façons plus intelligentes pour s’y déplacer au cours des prochaines années.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!