Archives Métro Koriass

Koriass Orchestral + Sans Pression + Jjanice+ @ FrancoFolies

La 26e édition des FrancoFolies s’amorce en fin de semaine. Une grosse semaine de spectacles et de virées dans le centre-ville avec les Stromæ, Pierre Lapointe, Catherine Ringer, Fauve et compagnie. Outre les shows des gros noms internationaux, deux spectacles attirent notre attention : ceux de Koriass et de Sans pression.

Koriass roule sa bosse depuis un bon bout dans le «rap game» québécois. Un rappeur talentueux qui réussit à manœuvrer aisément entre succès commercial et «street cred». Parce que, c’est connu, le hip-hop est l’un des milieux musicaux les plus dogmatiques.

Au Québec, c’est déjà compliqué d’accepter qu’un voisin ait du succès, imaginez dans un univers où la différence est si peu valorisée. Dans le hip-hop, on déteste les rappeurs qui dérogent et essaient des choses. C’est comme ça. Un truc de puristes. Je me souviens d’une époque pas si lointaine où on riait des «rappeurs guitaristes» parce qu’ils avaient «osé» jouer de la guitare en rappant. On veut nos rappeurs bandits et «real», on ne veut pas d’un auteur-compositeur-interprète emo avec le cœur sur la main. «C’est fif.»

Koriass prouve justement qu’il n’en a rien à foutre et qu’il est au-dessus de tout ça en présentant son spectacle en compagnie d’un orchestre complet. Que le spectacle soit réussi ou pas, j’apprécie l’audace parce que le rap a aussi le droit d’être de la musique, peu importe ce qu’en disent les puristes.

Et, parlant du loup, l’autre bout du spectre du hip-hop québécois sera aussi célébré dans le cadre des FrancoFolies avec notre légende nationale, Sans Pression. Sans tambour ni trompette, Sans Pression fera dans le hip-hop classique. Seul avec son mic, son forty, pis son blunt. En 17 ans de carrière, SP est devenu notre Maurice Richard. Celui qui s’est battu contre vents et marées pour faire en sorte que le hip-hop obtienne reconnaissance et respect. Les choses ont bien changé depuis la sortie de 514-50 Dans Mon Réseau, mais SP restera toujours le pionnier du rap kèb. Près de 30 000 albums vendus en 1999 alors qu’il était boudé par tous les médias commerciaux, ça vaut son pesant d’or.

  • Jeudi 19 juin
    Ratking @ La Vitriola

Je vous ai parlé de Ratking dans cette chronique il y a quelque temps. Des jeunes de Harlem qui revisitent le hip-hop backpacker du début des années 2000. Depuis, il m’a été donné de les voir sur scène au festival SXSW à Austin. Les gars ont fait honneur à leur réputation. D’excellents rappeurs qui se donnent corps et âme. Même si je ne suis pas le plus grand fan de leur musique, les Mc Hak, Sporting Life, Ramonwere et Wiki Morales m’ont conquis. Ils ont à peine 20 ans (mis à part le producteur Sporting Life, qui a 33 ans) et n’en ont rien à foutre de faire du commercial. À l’ère des A$AP Rocky, Wiz Khalifa, Kanye West et autres rappeurs qui semblent parfois porter plus attention à leur allure qu’à leur rap, ça fait du bien de voir une bande de jeunots en coton ouaté débiter des rimes avec rage. Ils n’en font qu’à leur tête, et c’est ce qui fait leur charme.

4602, boulevard Saint-Laurent

Infos

  • Koriass Orchestral
    Vendredi 13 juin @ Club Soda
    1225, boulevard Saint-Laurent
  • Sans Pression + Jjanice+
    Mardi 17 juin @ Les Katacombes
    1635, boulevard Saint-Laurent

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!