collaboration spéciale Back to the Future
  • Mardi 30 juin
    Cinéma urbain à la belle étoile @ Place de la Paix

Les sanctions et l’oppression policière dans les parcs de la ville ne font pas l’unanimité. Depuis quelques semaines, c’est le parc Laurier qui est spécialement visé. L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et les policiers ont décidé que c’en était assez des partys en plein air. Les amendes pour consommation d’alcool, au coût de 148$ chacune, y sont décernées de manière excessive depuis deux semaines. D’un côté, les résidants avoisinants qui se plaignent du bruit; de l’autre, les gens dans le parc qui trouvent ces sanctions démesurées. Deux clans impossibles à concilier.

Je comprends le parti pris de la Ville qui préfère faire plaisir à ses résidants plutôt que d’être du côté des «jeunes» qui font la fête. Par contre, toutes ces réglementations et ce contrôle omniprésent des forces de l’ordre commencent à me taper royalement sur les nerfs.

Je reviens tout juste d’un voyage éclair à Hambourg, en Allemagne, où l’attitude «vivre et laisser vivre» est de mise. Les gens ont le droit de boire dans la rue ou dans les parcs, et les partys improvisés ne sont pas condamnés. Disons que Hambourg est pas mal plus punk dans l’âme que Montréal. Par contre, je n’ai rien vu de dérangeant. La ville n’est pas plus sale, et la cohabitation entre les «fêtards» et les résidants ne semble pas être pire qu’ici. Une ville excitante est une ville qui vit. Personne ne veut de la blonde plate qui se couche à 20h tous les soirs, qui mange bio et qui ne dit jamais rien de travers. Vivre, c’est laisser la place à la spontanéité. Vivre, c’est aussi rire, pleurer, crier, chanter. C’est parfois plate, et parfois ça va dans les extrêmes. Ce n’est pas toujours gris.

En ce moment, on a l’impression que le Plateau aime le gris. Un quartier paisible où les gens marchent droit, font des bébés et se font livrer leur dose de légumes hebdomadaire à leur porte. Un ben beau quartier ben propre.

Le centre-ville a eu son lot d’amendes aussi. Le Peace Park étant reconnu pour sa faune mi-skaters mi-hobos, la cohabitation avec les policiers n’a pas toujours été de tout repos. Par contre, on a l’impression que ça change pour le mieux dans cet arrondissement. Les skaters ont désormais le droit d’y pratiquer leur sport, et les événements culturels y sont plus nombreux. Le cinéma urbain en plein air revient cette année et y aura lieu tous les mardis à 21h, du 9 juin au 8 septembre.

Pour la première édition, c’est Back to the Future qui sera présenté. Trente ans plus tard, la trilogie de Robert Zemeckis a très bien vieilli. Un chef-d’œuvre qui a marqué plus d’une génération. C’est aussi ce mardi qu’on aura plus d’information sur la présentation de Back to the Future II en octobre prochain. C’est que dans le deuxième film de la série, Marty Mcfly et Dr. Emmett Brown voyagent dans le futur en date du 21 octobre 2015. Comme cette date culte arrive à grands pas, des gens ont cru bon d’organiser une projection du film le 21 octobre prochain. Mille deux cents personnes ont déjà confirmé leur présence à l’événement sur Facebook. Pas sûr où cette célébration du futur passé aura lieu, mais je propose le parc Laurier. Un parc assez grand pour une fête du genre en plein air.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!