Quinn Michelin Festival Hip Hop You Don’t Stop

Samedi 26 septembre
Hip Hop You Don’t Stop @ Parc Girouard
Bocafloja + Nomadic Massive + Mikey Dangerous & The Higher Heights band

Ça ne m’arrive pas souvent d’ouvrir la télé pour autre chose que du sport ou Un tueur si proche. Pourtant j’ai le câble, mais la télé québécoise me lasse. Je la trouve stagnante. Quand je vois des nouveaux jeunes arriver, j’ai les yeux pleins d’espoir. Enfin, du monde qui va essayer des nouvelles affaires. Réinventer la patente un peu. Créer des émissions novatrices qui nous ressemblent. Mais 9 fois sur 10, ces «petits nouveaux» ne font que reprendre le même vieux moule plate et sans saveur qui existe depuis 30 ans. Ils entrent dedans tout sourire et fiers de dire «cheke maman, chu à la tivi». Ils oublient le plus important : évoluer et «challenger» l’auditoire. Ça change pas. C’est plate. C’est plate pis tu changes de poste.

Par contre, hier, j’ai fait exception à la règle et j’ai écouté un segment des Franc-tireurs. Bon, ce ne sont pas des jeunes, mais ce n’est pas du sport ni Canal D. Dutrizac se pognait avec trois anglos sur la question linguistique au Québec. Ça m’a fait réfléchir. Réfléchir à ma ville. Est-ce que l’anglais est encore une menace réelle? Est-ce que d’accepter de se faire dire «Hi, what do you want?» dans un restaurant à NDG pourrait, à long terme, être la cause d’une assimilation lente des Québécois francophones? Je n’ai pas la réponse, mais je sais que ma génération n’a pas la même rage de combattre que celles qui nous ont précédés. On est plus aussi pauvres qu’on l’était et on a réussi à monter dans la hiérarchie économique. Ce n’est donc pas par lâcheté, mais parce qu’on ne s’est jamais sentis en danger.

Peu importe, même si la guerre est finie, ça reste assez rare qu’on va faire la fête dans le quartier NDG. Les deux solitudes sont toujours bien réelles. Je sais bien que c’est beau NDG, mais c’est un peu loin du Plateau. Je ne sais même pas ce qu’il y a après NDG. D’après moi, la rue Sherbrooke disparaît tranquillement. Un fondu enchaîné, comme dans un clip de Chris Isaak. Après ça, c’est juste des Anglais qui flottent et jasent en anglais dans un genre de néant sans gravité.

Je ne vous demanderai pas d’aller plus loin que NDG, soyez sans crainte, mais, en fin de semaine, le 10e anniversaire du festival Hip Hop You Don’t Stop est une bonne raison de s’y rendre. Trois jours de festivités qui se terminent par un party en plein air au parc Girouard (angle Girouard et Sherbrooke Ouest) dans la journée de samedi. Un gros party communautaire à saveur hip-hop, avec tout ce que ça implique: breakdance, rap, graffiti et DJ. Une bonne raison d’aller voir comment se porte le métro Villa-Maria et de jaser avec des gens qui œuvrent du côté obscur de la force.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!