logo_guide-auto Le segment des berlines de luxe compactes est plus populaire que jamais, et voilà une catégorie où tous les joueurs se doivent d’être impeccables. Chez les constructeurs de luxe japonais, Lexus est la marque qui se rapproche le plus des fabricants allemands.

La version 2017 de la IS représente un rafraîchissement de milieu de cycle pour la génération actuelle, et à première vue, on remarque que l’avant a été redessiné, tout comme certains éléments de l’arrière. À l’intérieur, peu de changements dans la disposition de l’habitacle, si ce n’est qu’un gros écran horizontal de 
10 po est maintenant offert sur certaines versions, tandis que les sièges, qui ont été revus, sont super confortables.

Mécaniquement, on a revu la calibration des suspensions et du châssis pour obtenir un comportement plus sportif. Les motorisations demeurent les mêmes. À la base, nous avons la IS 200t, à propulsion seulement, où le quatre cylindres turbocompressé procure une puissance de 241 chevaux, couplé à une boîte automatique à huit rapports. Les versions IS 300 et IS 350, à rouage intégral, utilisent un V6 de 3,5 litres produisant respectivement 255 et 306 chevaux, couplé à une boîte à six rapports.

Sur la route, la IS, peu importe la version, offre le confort d’une voiture de luxe, et l’aspect sportif auquel on s’attend de cette catégorie. Toutefois, Lexus croit en son produit, et pendant le lancement de la IS 2017, nous avons passé la moitié de notre temps sur un circuit très technique situé sur l’île de Vancouver.

Sur piste, la version IS 200t doit composer avec trop de systèmes électroniques et une direction imprécise, nous donnant constamment l’impression de nous battre avec l’auto. De plus, son moteur manque de vigueur, alors que la boîte à huit rapports change de rapports sans le consentement du conducteur, même en mode manuel.

La version IS 300 AWD apprécie un peu plus la piste, mais encore là, ses 255 chevaux ne sont pas suffisants pour compenser le poids supplémentaire du rouage intégral. Toutefois, la boîte automatique à six rapports se comporte mieux que la boîte de la IS 200t, surtout en mode manuel! La version IS 350 AWD sauve la mise, mais à peine. Les 306 chevaux sont les bienvenus, surtout en sortie de virage, et on doit saluer le travail du système intégral qui nous permet d’accélérer agressivement, même en virage.

C’est donc ce qu’il faut retenir de la IS 2017. Sur la route, c’est une voiture confortable, sans souci et raffinée. Mais bon, pourquoi parler de la piste, alors que la quasi-totalité des acheteurs dans ce segment ne fera pas de piste avec sa compacte de luxe? Si vous songez à vous procurer ce modèle, allez-y, vous allez apprécier.

Fiche d’appréciation

  • Consommation: 3/5 – 
Dans la moyenne
de sa catégorie, rien d’impressionnant.
  • Conduite: 3,5/5 – 
Même si elle a de la
difficulté en piste, sur la route, elle est plaisante.
  • Performances: 3/5
 – Version IS 350 adéquate, versions IS 200t et IS 300 décevantes.
  • Multimédia: 3/5
 – D’une complexité exagérée, l’interface graphique laisse à désirer.
  • Confort: 4/5
- En dépit d’une suspension sportive, la tenue de
route est confortable.
  • Note générale: 3,5/5 – 
La Lexus IS ne sera jamais un mauvais choix, mais elle n’est pas du niveau
des autos allemandes.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!