Si c’est la Série 3
qui domine les ventes de BMW au Canada, la Série 5 est la plus connue et la plus associée à la marque. La première génération de cette série a été introduite en 1972, et on a droit pour 2017 à l’arrivée de la septième 
du nom.

À son arrivée, au début du mois de février prochain, la Série 5 ne sera proposée qu’en deux versions au Canada, équipées d’un rouage intégral, soit la 530i xDrive (61 500 $) et la 540i xDrive (69 000$). La 530i, qui succède à la 528i, hérite d’un nouveau moteur quatre cylindres turbocompressé qui livre 248 chevaux. Ceux qui désirent un peu plus de puissance peuvent se tourner vers la 540i qui, grâce à son six cylindres de 3,0 litres, dispose de 335 chevaux. Sa puissance supérieure retranche environ 1,2 seconde au sprint du 
0-100 km/h par rapport à la 530i. Toutes les livrées héritent d’une boîte automatique à huit rapports.

Les nouveaux modèles de la Série 5 ont aussi été conçus sous le signe de la légèreté. Les ingénieurs ont réussi à retrancher près de 100 kg en utilisant des matériaux plus légers, ce qui améliore la tenue de route et l’économie de carburant. Côté style, la voiture est un peu plus musclée que celles de la précédente génération, ce qui ajoute à son dynamisme. Au Canada, l’ensemble M Sport est compris, ce qui rehausse le caractère sportif des véhicules avec l’ajout d’éléments aérodynamiques, des jantes de 19 po et une suspension abaissée.

À bord, le travail accompli est simplement spectaculaire, surtout en soirée, où on a droit à un éclairage omniprésent, sans compter l’attention accordée aux détails. On remarque le nouvel écran multimédia et la sixième génération du système iDrive, qui est de plus en plus intuitif. Étant un peu plus imposant que la précédente génération de quelques millimètres en hauteur, en largeur et en 
longueur, le modèle gagne non seulement en habitabilité, mais aussi en espace de chargement. On a droit à un total de 530 litres, ce qui permet, selon BMW, de transporter quatre sacs de golf.

Nous avons eu la chance de parcourir quelques centaines de kilomètres au volant de la 540i. Premier constat, le moteur livre son couple rapidement et sans délai. Toutefois, nous n’avons pu mettre à l’essai le quatre cylindres 
de base. Il faut espérer que son rendement soit aussi intéressant. Aucun reproche à faire à la transmission, elle est rapide et ultra précise.

Quant à la grande question, une Classe E ou une BMW de Série 5? La décision est plus difficile que jamais! L’argument qui joue en faveur de la Série 5, c’est qu’elle a le dessus au chapitre de l’agrément de conduite. C’est une voiture qui fait littéralement corps avec le conducteur. Si c’est ce que vous recherchez, vous serez servi.

Fiche d’appréciation

  • Consommation: 4/5 – 
Améliorée grâce à la
réduction des cylindrées.
  • Conduite: 4,5/5
 – C’est la grande force de cette nouvelle Série 5.
  • Performances: 4/5
 – Un bolide facile à
apprivoiser, mais il faudra voir avec les futures versions.
  • Multimédia: 4/5 – 
En hausse grâce aux
améliorations du iDrive6.
  • Confort: 4,5/5 – 
Auto plus spacieuse, avec un mode confort très efficace.
  • Note générale: 4,5/5
 – Confort d’une Série 7, l’agilité de la Série 3.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!