logo_guide-auto Alors que les moteurs diesel sont mis à mal dans les médias, gracieuseté de compagnies enfreignant les lois sur les émissions polluantes, Mazda semble vouloir miser sur cette technologie pour assurer son avenir en Amérique.

Au Japon, par exemple, ses «gros» modèles sont équipés d’un moteur diesel, tandis que les versions bas de gamme viennent avec un moteur à essence. Nous nous sommes déplacé au Japon pour faire l’essai d’un CX-5 diesel de génération actuelle. Si le véhicule est identique à celui que nous avons ici, le moteur, lui, nous est inconnu. En fait, il sera installé dans la prochaine génération du Mazda CX-5,  qui arrivera au cours de l’automne 2017.

Un moteur qu’on 
croirait allemand
Il faut bien admettre que, si les constructeurs automobiles allemands ont parfois des problèmes de fiabilité, il y a toutefois un consensus sur la qualité des moteurs qu’ils mettent dans leurs voitures. Ces derniers sont performants, souples, raffinés et relativement économiques; et on se rend compte qu’on a affaire à une telle mécanique simplement en appuyant sur l’accélérateur. Chez les Japonais, ce moteur diesel de Mazda nous fait la même impression.

D’une cylindrée de 
2,2 litres, ce quatre cylindres diesel est surprenant. Suivant les lois sur les émissions polluantes en vigueur, sa puissance peut atteindre jusqu’à 
173 chevaux, avec un couple de 310 lb-pi. Comme nous sommes 
plus sévères ici en matière d’environnement, on peut s’attendre à ce que le couple soit réduit d’une vingtaine de livres-pied.

Ce n’est pas que sur papier qu’il fait bonne figure. Tout ce couple signifie deux choses. Sur les départs, on est enfoncé dans son siège, et lors des dépassements, on a toute la souplesse nécessaire pour doubler une voiture qui lambine. Combinée au remarquable châssis du CX-5, la conduite dynamique de la voiture est rehaussée grâce à ce moteur.

Cette mécanique diesel
ne s’adresse pas seulement aux passionnés de performances. Après avoir parcouru près de 350 km, entre ville et campagne, entre trafic et circulation fluide, le compteur affichait 
6,6 l/100 km. Une consommation remarquable, surtout quand on considère que le nouveau Honda CR-V affiche une moyenne de 7,3 l/100 km.

Ce moteur représente tout le savoir-faire de Mazda, et il est difficile de comprendre pourquoi la compagnie ne l’a pas proposé plus tôt. Des voitures comme la Mazda6 et le Mazda CX-9 pourraient profiter de cette mécanique pour enrichir leur offre.

Après l’avoir essayé, vous verrez, il deviendra difficile de justifier l’achat du quatre cylindres SKYACTIV de 
2,5 litres à essence actuellement disponible. Comme au Japon, ce dernier devrait être relégué au rang de moteur de base.

Fiche d’appréciation

  • Consommation: 4,5/5 – 
En bas de 7 l/100 km dans cette catégorie, c’est un cadeau qui est le bienvenu.
  • Esthétique: 4,5/5 – 
Sur la base de ce que nous avons vu, nous pouvons dire que le Mazda CX-5 2017, qui offrira ce moteur, est réussi.
  • Performances: 4/5 – 
À près de 300 lb-pi de couple, ça déménage!
  • Valeur subjective: 4/5 – 
Difficile de demander mieux!
  • Confort: 3,5/5
 – Si on se fit à la version 2016, le CX-5 demeure confortable, en dépit d’une suspension sportive.
  • Note générale: 4,5/5
 – Il s’agira d’un coup de circuit pour Mazda cet automne! La compagnie en a bien besoin…

Aussi dans Automobile :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!