logo_guide-autoUne consommation moins élevée et la réputation d’être une voiture environnementale. Voilà qui explique en partie le succès de la Toyota Prius, mais ceux qui l’ont déjà pilotée ne peuvent vanter son agrément de conduite.

Y aurait-il de la place pour un véhicule qui serait aussi peu énergivore que la bizarroïde Toyota, mais qui offrirait un certain plaisir de conduite en prime? Kia croit que oui en introduisant le Niro.

La Hyundai Ioniq et le Niro sont de nouveaux modèles entièrement destinés à l’hybridation ou à l’électrification. La Ioniq se frottera à la Prius à hayon ainsi qu’à la Prius Prime, alors que le Niro tentera d’assommer la Prius v et la Ford C-MAX hybride. Puisqu’on parle de modèles polyvalents ici, mentionnons que la capacité de chargement du Niro est de 635 litres, mais augmente à 1789 litres lorsqu’on abaisse les dossiers arrière. C’est pas mal.

Quatre déclinaisons seront proposées au Canada, soit L de base, EX, EX Premium et SX Tourisme. Elles sont toutes équipées d’un quatre cylindres de 1,6 litre et d’un moteur électrique, la puissance combinée étant fixée à 139 chevaux. Le couple maximal de 195 lb-pi promet de belles performances au démarrage. De plus, le Niro mise sur une boîte automatisée à six rapports avec double embrayage, contrairement aux boîtes à variation continue qu’on trouve dans de nombreuses voitures hybrides, dont la Prius.

Malgré le couple généreux, la voiture n’est pas des plus rapides, alors que la boîte de vitesses est programmée pour maximiser l’économie d’essence. En revanche, les accélérations sont nettement plus agréables que celles de la Prius v et de la C-MAX. Sur les routes franchement très lisses du Texas, le Kia Niro 2017 a tout de même démontré la solidité de sa caisse, l’insonorisation de son habitacle et le raffinement de sa conduite. Par contre, les freins manquent un peu de mordant.

En ce qui concerne l’économie d’essence, le Niro impressionne drôlement. La version L affiche des cotes de 4,5 litres/100 km en ville et de 4,8 litres/100 km sur l’autoroute, alors que les autres déclinaisons ajoutent quelques dixièmes. Comme c’est habituellement le cas chez Kia, le Niro bénéficie d’une longue liste d’équipements pour le prix de base de 24 995$ avant les frais de transport et de préparation. Même la version L de base propose des sièges avant et un volant chauffants, un climatiseur automatique bizone, un système multimédia avec écran tactile de 7 po, une caméra de recul et beaucoup, beaucoup plus.

En fait, la seule chose qu’il manque au Kia Niro 2017, c’est un rouage intégral, mais avec un bon ensemble de pneus d’hiver, ce n’est pas un gros problème.

Fiche d’appréciation

  • Consommation: 4,5/5
 – Une moyenne avoisinant
5,0 litre/100 km, c’est excellent.
  • Conduite : 3,5/5
 – On est loin d’une voiture sport, mais le Niro tient
le chemin.
  • Performances : 3/5
 – Les accélérations sont
tout à fait convenables, dans la même veine que celles des VUS sous-compacts, et plus agréables que
celles d’une Prius.
  • Multimédia : 4/5 – 
Un écran tactile facile à utiliser, des boutons bien disposés et une bonne qualité sonore.
  • Confort : 3,5/5
 – Bon travail de la suspension pour absorber les rares imperfections des routes
du Texas; on verra pour
celles de chez nous.
  • Note générale : 4/5 – 
Un joli petit véhicule polyvalent, très bien équipé, peu énergivore, offert à prix abordable. Que demander de plus?

Aussi dans Automobile :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!