Collaboration spéciale Ralph Gilles, un Haïtien qui a grandi à Montréal, est en charge du design chez Chrysler. On le voit ici au lancement, l’an dernier, de la Dodge Charger SRT8.

Après avoir été frappée par la crise financière, l’industrie automobile reprend du poil de la bête. Et tandis que la saison des salons se termine par un dernier grand rendez-vous printanier (le salon de New York s’ouvre cette semaine), on s’attarde sur le style avec nul autre que le designer Ralph Gilles.

Celui qui est né à New York de parents immigrants haïtiens et qui a grandi à Montréal, est d’avis que l’excitation est  enfin de retour sur la planète automobile – et du coup la polarisation. Vrai que les derniers salons ont montré des berlines qui prennent des allures de coupés, des sportives qui affichent des lignes brutales comme jamais et des classiques qui repoussent les frontières de l’élégance.

«Certains styles seront adorés, d’autres détestés, dit l’artisan du succès esthétique (et, conséquemment, commercial) de la Chrysler 300. Il n’y a pas qu’une seule tendance qui se dessine, tout est dans l’air. C’est à la fois rafraîchissant et passionnant.»

Rose performance
Devenu grand patron du design chez Chrysler en 2008, Ralph Gilles court encore et toujours les rendez-vous automobiles de ce monde. Ce qu’il y constate? Que les constructeurs osent de plus en plus la couleur. Ainsi, Land Rover a risqué le bleu bébé dans son DC100, un prototype dévoilé à Détroit qui annonce potentiellement le retour du Defender sur notre continent.

En appelant «Jalapeño» une teinte vert fluo, Chevrolet donne de son côté du piquant (ok, celle-là était facile…) à sa nouvelle sous-compacte Spark, qui devrait nous arriver cet été.

Et n’eut été de Ralph Gilles, qui nous avait dit de surveiller… le rose, de plus en plus appelé à s’intégrer dans les habitacles, nous n’aurions peut-être pas remarqué quelques discrets surjets mauves, ici et là, dans les revêtements de cuir. Mais nous n’aurions pu manquer la carrosserie pourpre de l’Infiniti G37 décapotable IPL (pour Infiniti Performance Line), et encore moins son intérieur rose-grenat…

Mais encore?

Qu’a constaté d’autre Ralph Gilles en parcourant les grands salons de la planète? «Que la petite voiture règne en maître. La catégorie est devenue extrêmement concurrentielle, autant par son style que par ses équipements, voire par les performances qui se glissent sous les capots.»

Vrai qu’on n’a jamais vu les petites en offrir autant: sièges chauffants, toits ouvrants, dispositifs de communication d’avant-garde, motorisations turbos… Elle est bien révolue, l’époque des «écono-box».

Tout comme elle semble bien terminée, du moins pour l’instant, l’époque des ressources financières parcimonieuses qui obligent le remisage des prototypes sérieux en route pour la production. M. Gilles note en effet que les folies conceptuelles sont de retour : «Les constructeurs ont recommencé à expérimenter, ils osent montrer ce qui, généralement, demeure à l’abri des regards dans leurs studios.»

Le designer remarque également une tendance favorisant les nouvelles formes de transport: «On voit de plus en plus de très petits modèles, presque des synthèses de moto et de voiture.»

L’avenir: le branding
Est-ce ce qui marquera la prochaine décennie? Pas autant que le branding, croit-il. Ou, si vous préférez, la manière dont les produits définissent leur constructeur – et vice-versa. «Habitacles, calandres, matériaux, éléments lumineux dans les revêtements, sonorité des moteurs – tous les aspects sont bons pour distinguer une marque et, à ce chapitre, on voit que les constructeurs prennent de plus en plus de risques», dit Ralph Gilles. Et le risque, le designer connaît ça. Pensez à ce qu’il lui a fallu abattre comme barrières pour présenter – et amener en production – la très polarisée Chrysler 300 en 2005.

Mais voilà, la grande berline a donné un second souffle au constructeur, en plus d’établir définitivement Ralph Gilles comme l’un des plus grands designers automobiles de l’ère moderne. Est-ce que ce dernier réussira une autre fois à se signaler, cette fois avec la Chrysler 700C, la possible nouvelle génération de fourgonnettes américaines? On l’espère…

Aussi dans Automobile :

blog comments powered by Disqus