Google

Dans leur phase de test, les différents prototypes de voitures entièrement autonomes développées par Google ont été victimes de 11 accidents mineurs pour plus de 2,7 millions de kilomètres parcourus en 6 ans, selon Chris Urmson, le Directeur du programme Google Car. Aucun de ces incidents ne serait toutefois directement imputable à la voiture autonome.

Une flotte d’une vingtaine de véhicules, en test en zones urbaines à travers quatre États (Californie, Floride, Michigan et Nevada), a donc déjà cumulé près de 3 millions de kilomètres, dont un tiers en mode de conduite entièrement autonome.

L’objectif premier de la technologie embarquée par Google est d’optimiser la sécurité et de tendre vers le risque zéro d’accident mortel, partant du principe que plus de 9 accidents sur 10 aux États-Unis sont causés par des erreurs humaines.

Contrairement à un conducteur lambda, une voiture entièrement autonome surveille constamment l’environnement (voitures, deux-roues, piétons, obstacles divers) autour d’elle, dotée d’une visibilité parfaite à 360 degrés. Mais le système n’est pas infaillible et, malgré les multiples détecteurs de choc installés sur la voiture, l’accident peut surgir à tout moment, surtout lorsque la vitesse d’un autre véhicule est excessive.

Les rares accidents enregistrés par Google n’ont occasionné que peu de dégâts, comme des phares abîmés, mais surtout entrainé aucun dommage corporel. Les accidents les plus nombreux (7) concernent une collision par l’arrière, essentiellement lorsque la Google Car est arrêtée aux feux. Des chocs latéraux (2) ont également été observés, causés par des voitures grillant un stop.

Ces statistiques aident à mieux appréhender les dangers de la route, surtout en ville. Il ressort ainsi que les intersections se révèlent comme les points les plus dangereux à aborder pour un véhicule autonome.

Nombreux sont les constructeurs à travailler sur des projets de voitures autonomes, à l’image d’Audi, Ford, Mercedes, Nissan ou Volvo. Les premières modèles de série 100% automatisés ne sont toutefois pas attendues sur les routes avant 2020, avant de se démocratiser petit à petit.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!