Cela vous dit de manger un repas dans un resto de type diner version Instagram, puis d’aller prendre un verre dans un bar «secret» de type speakeasy? C’est ce que vous offre le duo Foiegwa/Atwater Cocktail Club.

Le resto

Ne nous le cachons pas: le resto Foiegwa, situé à la frontière de la Petite-Bourgogne et de Saint-Henri, mise beaucoup sur le marché des milléniaux, ces jeunes nés entre 1980 et 2000. Du nom à nous faire dire «hein?» aux assiettes arborant le mot «Foiegwa» en grosses lettres bien visibles (très pratique pour la pub gratuite sur Instagram!),  en passant par les cuisiniers qui arborent le mot-clic #Foiegwa sur leurs casquettes, tout crie «taguez-vous sur les réseaux sociaux!»

À la suite de notre visite, un jeudi soir alors que le 5 à 7 battait son plein, force est de constater que ça marche. Le Foiegwa, aménagé dans une ancienne succursale de La Belle Province, était bondé de beaux et jeunes gens bien branchés, sirotant des cocktails et jasant du travail. Oui, nous avons aperçu deux ou trois égoportraits de groupe. Quand même.

Et la bouffe? Habile, compétente et originale, l’offre n’épate pas, mais satisfait. Nous avons mangé un très bon os à moelle riche à souhait et très goûteux. Le tartare de bœuf ne réinvente rien, mais est amusant en bouche, avec ses câpres et ses généreux copeaux de parmesan. Le spaghetti au beurre et à la truffe noire a été une belle surprise. Surmontées d’un jaune d’œuf et ne s’appuyant pas trop sur le goût de la truffe, les pâtes cuites à la perfection sont un plaisir à déguster.

Le décor est tout de noir et de blanc, agrémenté d’illustrations au crayon de personnalités montréalaises. Le style se veut mi-diner américain des années 1950, mi-bistro français. C’est très chouette (et ça paraît bien dans les photos!).

Foiegwa
3001, rue Notre-Dame O.


Le speakeasy

La serveuse du Foiegwa nous invite, à la fin de notre repas, à aller dans la ruelle à l’arrière du resto, où, derrière une porte à l’aspect louche ornée de graffitis, se cache le bar «secret» affilié au resto, le Atwater Cocktail Club.

L’endroit est étonnamment populaire pour un lieu «secret», et nous devons attendre un bon 15 minutes avant d’avoir une place. Nous croisons du regard d’autres convives du resto qui se trouvent eux aussi planqués devant le crâne de tyrannosaure du portique à attendre une place. Ah, vous aussi, on vous a suggéré de venir ici?

Un secret pas trop bien gardé, disons.

Tout de noir décoré, le Atwater Cocktail Club rappelle les speakeasy américains des années 1920, ces bars illicites où on pouvait déguster un verre et écouter du jazz pendant la prohibition. L’ambiance est très bonne, mais notons que l’idée de servir de la bouffe – non pas des bouchées, mais des plats en bonne et due forme du Foiegwa – casse un peu l’illusion de se retrouver dans un bar illégal.

Lors de notre passage, la carte de cocktails originaux jouait beaucoup sur les fruits tropicaux et sur le whisky. Nous avons dégusté un merveilleux cocktail à base de scotch servi sous une cloche remplie de fumée de cigare. Très chouette et délicieux.

Bref, tout est là pour votre 5 à 7 branché ou votre deuxième date Tinder (avec la même personne, bien sûr!).

Atwater Cocktail Club
512, avenue Atwater

En résumé

  • L’occasion. 5 à 7 ou rendez-vous galant pour jeunes professionnels.
  • Les prix. Entrées: 7,75$ à 25$. Plats: 15$ à 63$. Cocktails: 12$ à 14$.
  • Nous avons aimé. L’ambiance speakeasy très réussie, la bouffe et les cocktails aussi.
  • Nous avons moins aimé. Sans réservation, préparez-vous à vous retrouver attablés coude à coude avec des inconnus.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!