Gracieuseté

La Fromagerie Lemaire, du Centre-du-Québec, est vendue au Groupe Boivin, une autre entreprise familiale, celle-là basée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le montant de la transaction n’a pas été divulgué, mais il s’agit sans doute de plusieurs millions de dollars. Les deux entreprises ont toujours fait preuve d’un grand respect mutuel, c’est d’ailleurs pourquoi le Groupe Boivin ne s’était pas installé au Centre-du-Québec jusqu’à maintenant. C’est ce qu’ont admis les deux présidents, Yvan Lemaire et Luc Boivin, qui se connaissaient depuis plusieurs années.

«L’heure est venue pour nous de passer à autre chose, compte tenu que la relève n’y était pas au sein de la famille, indique Yvan Lemaire. Moi, le plus jeune à 66 ans, je n’avais pas le goût ni l’énergie de procéder à un investissement majeur pour s’agrandir. Les enfants n’ont pas non plus démontré de l’intérêt. Toutefois, nous tenions plus que tout à laisser la Fromagerie Lemaire entre les mains de dirigeants qui partagent nos valeurs. En ce sens, nous ne pouvions espérer un meilleur dénouement avec cette entente avec la famille Boivin.»

Et M. Lemaire d’ajouter: «D’un point de vue économique, le marché fromager est de plus en plus précaire en raison de l’entente entre le Canada et l’Union Européenne qui permet davantage d’importation de fromages. Ce sera de plus en plus difficile pour les producteurs locaux… La façon la plus sûre que notre marque continue sa progression, malgré les fluctuations du marché, était de la transférer à un plus gros joueur.»

En se portant acquéreur des actifs de la Fromagerie Lemaire, incluant le réseau de distribution, le Groupe Boivin voit le nombre de ses employés passer à 300. Mais, plus important encore, il s’accapare de nouveaux marchés.

«On va garder la marque Lemaire et on va même la promouvoir»,  affirme Luc Boivin. Les gens ne verront pas la différence, si ce n’est que nous allons ajouter dans les comptoirs certains produits Boivin tels que le fromage fondu à tartiner, le fromage à griller et des fromages allégés. Toute l’entreprise sera plus diversifiée et, bien que nous n’avons la prétention de compétitionner les gros joueurs, nous serons en mesure de nous démarquer en offrant des produits de commodités qui sont consommés sur une base quotidienne comparativement à des spécialités qui sont vendues selon les événements.»

Luc Boivin, comme Yvan Lemaire, parle d’une transaction émotive. «C’est émotif parce que nous parlons d’une entreprise familiale bien enracinée dans son milieu et nous sommes très bien placés pour savoir ce que ça veut dire. D’autres acheteurs étaient intéressés et nous avons été choisis. Nous avons rencontré les employés vendredi pour bien leur expliquer la situation», souligne le PDG du Groupe Boivin, dont la première fromagerie a été fondée en 1939. «À l’époque, c’était un des moyens pour transformer les surplus de lait.»

L’expertise de Lemaire en matière de restauration, tant à Saint-Cyrille qu’à Saint-Germain, servira avantageusement le Groupe Boivin, ce qui représente une plus-value considérable à la transaction.

«Nous faisons bien attention pour ne pas faire concurrence à nos propres clients, sinon ils n’achèteront plus notre fromage. Ce qui est plus certain, c’est que nous souhaitons grandir encore davantage. La Fromagerie Lemaire ne sera pas notre dernière acquisition. L’industrie est en mouvement et la consolidation est nécessaire. Face aux soubresauts de l’industrie, les plus petites entreprises auront de la misère, de là l’importance d’augmenter le volume d’affaire. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous sommes une fromagerie provinciale», mentionne M. Boivin.

Selon lui, la prochaine vague culinaire, après les hotdogs, les pizzas et les sushis, sera celle de la poutine. «Elle est en train de s’américaniser», clame-t-il. Et qui dit poutine dit…

Aussi dans Bouffe :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!