Nicolas Ledain / TC Media

En 2018, l’alimentation végétalienne devrait faire de l’ombre à la vogue actuelle du bio, même si l’une et l’autre sont intimement liées. 

Baum + Whiteman, un cabinet de consultants new-yorkais spécialisés dans la restauration, avance que la grande tendance alimentaire de l’année 2018 sera au régime végétalien. C’est une tendance déjà très présente parmi les YouTubeuses et Instagrammeuses star des réseaux sociaux.

Par exemple, l’un des thèmes les plus récurrents sur YouTube est le thème «Mon menu quotidien» (« What I eat in a day »). Les blogueuses partagent ainsi leurs idées de repas végétaliens, de même, Instagram fait la part belle aux plats à base de légumes et autres plantes tous plus photogéniques et colorés les uns que les autres. 

Par exemple, le compte @deliciouslyella d’Ella Woodward enregistre plus de 1,1 million d’abonnés sur Instagram, et Niomi Smart a plus de 1,7 million d’abonnés à sa chaîne YouTube. Toutes deux ont par ailleurs rédigé des livres de recettes végétaliennes. 

Pour étayer leurs prévisions, Baum + Whiteman citent bon nombre de statistiques sur l’intérêt nouveau des consommateurs pour ce régime alimentaire. Des chiffres de NPD Group compilés au cours des dix dernières années montrent que les consommateurs de moins de 40 ans ont augmenté leur consommation de légumes frais de 52%. 

Entre 2012 et 2016, Mintel, un autre cabinet de recherches, a enregistré une augmentation de 25% les demandes en produits végétariens et une augmentation spectaculaire de 257% des demandes en produit vegan dans les rayons épiceries.

Le cabinet note aussi que 31% des Américains ne mangent pas de la viande tous les jours.  

Au cours des derniers mois, des marques de burgers végétaux, Beyond Meat et Impossible Burger, qui simulent l’apparence et le goût du bœuf, ont fait une belle percée auprès du grand public.

C’est pourquoi on peut s’attendre en 2018 à voir apparaître des menus proposant ces «fausses viandes et faux poissons» végétaux au menu des restaurants et dans les supermarchés, notent les analystes de Baum + Whiteman.

Malgré les bonnes intentions des consommateurs, les consultants soulignent que les consommateurs devront tout de même faire face aux contradictions inhérentes à cette imitation de viande. Même s’il est meilleur pour la santé de réduire sa consommation de viande, les vegiburgers restent des aliments très industriels.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!