iStock.com

À l’occasion de la publication de sa deuxième sélection des meilleurs restaurants croates, Michelin rapporte avoir «découvert une scène gastronomique qui s’améliore rapidement sous l’influence de la cuisine istrienne et dalmate». Mais, au fait, quelles sont les découvertes culinaires incontournables lors d’un voyage en Croatie? 

Quelles productions locales? 

Huile d’olive. La Grèce, l’Espagne, la Tunisie ou encore l’Italie n’ont pas le monopole de la production d’huile d’olive. La Croatie aussi sait extraire le meilleur des olives cultivées en Dalmatie, en Istrie et dans la baie de Kvarner, au point que le nectar est même considéré comme l’un des meilleurs au monde. 

Agneau. Tout au nord, l’île de Cres qui regarde droit devant pour observer la côte Adriatique italienne, est connue pour sa production locale d’agneau. On se situe ici dans la baie de Kvarner, où les langoustines sont également à ne pas manquer. A une centaine de kilomètres au sud, la délicatesse de la chair de l’agneau de l’île de Pag est tout aussi réputée, autant que celle de l’île de Krk, où on la déguste accompagnée d’un verre de vin blanc local žlahtina. 

Charcuteries et jambon. La Croatie bénéficie de six appellations d’origine protégée pour ses charcuteries. Le jambon cru de Krk est séché lentement par le vent. Cette technique est également utilisée pour le « pršut » cru d’Istrie, qui a la particularité de ne pas être fumé. En Dalmatie continentale, on produit le jambon cru de Drniš. Aussi, les Croates assemblent la viande de porc au paprika et à l’ail pour réaliser un saucisson nommé « kulen ». On en trouve notamment dans la région de Baranja. Selon la région de production, de l’eau-de-vie et du lard peuvent être ajoutés en plus ou moins grande quantité. 

Quels plats typiques? 

Štrukli. C’est la spécialité de la région de Zagreb. Ce sont des feuilletés de fromage frais bouillis ou passés au four, que les habitants adorent dévorer lors de la période de Noël. 

Fiš-paprikaš. C’est une recette typique de la région de Slavonie, que l’on pourrait apparenter à la bouillabaisse marseillaise. Le plat est à base de poissons d’eau douce, en l’occurence le poisson chat, mijotés durant de longues heures avec du paprika. Il existe une autre version régionale nommée le « brudet », qui consiste à bouillir le poisson dans du vin blanc. On accompagne cette recette de polenta. 

Peka. A l’instar du tajine dont le contenant donne son nom à la recette, la peka est un plat sous cloche qui sert à faire mijoter tout un tas de gourmandises, de la viande jusqu’au poisson en passant par les crustacés. 

Et on boit quoi? 

Vin. Avec un vignoble qui s’étend sur près de 60.000 hectares, la Croatie est aussi une terre de vin. Celui-ci est célèbre pour sa longue liste de cépages autochtones, c’est-à-dire des raisins qui se différencient des variétés habituelles telles que le merlot ou le chardonnay. Les vignes s’étirent de la Croatie continentale au nord jusqu’aux îles ravissantes de l’Adriatique à la frontière de la Bosnie. Résultat, la palette bachique est large : du blanc, des vins effervescents, des rouges corpulents, du rosé… Le Prosek est une fierté croate. Il s’agit d’un vin doux produit exclusivement en Dalmatie, qui se distingue par une robe couleur ambrée. 

Eau-de-vie. En guise de digestif, faisant aussi office d’apéritif, le rakija est l’eau-de-vie populaire des Balkans. C’est le jus des fruits fermentés qui est distillé pour obtenir ce nectar alcoolisé. 

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!