Longtemps considérées comme de simples éléments décoratifs, les fleurs sont parfois des aliments à part entière qui peuvent ajouter de la saveur aux plats. Incursion dans un univers qui mérite d’être mieux connu.

«Ça ajoute non seulement de la couleur – le petit côté wow – mais aussi du goût, confirme Marc-André Bouchard, producteur de fleurs et de fines herbes biologiques en serre. On gagnerait à mettre des fleurs dans nos assiettes. Pas tous les jours mais, par exemple, le samedi soir ou pour le brunch du dimanche.»

Le copropriétaire de l’entreprise Les Fines Herbes par Daniel compare d’ailleurs les fleurs à un bon parmesan qu’on utilise pour rehausser nos recettes. Avec les goûts culinaires qui se développent de plus en plus à la maison, M. Bouchard ne serait pas étonné que ce genre de produit devienne accessible à plus grande échelle dans les épiceries. «J’aimerais ça», avoue-t-il, lui qui approvisionne principalement des restaurants de la région de Québec.

On n’en est pas encore là, notamment parce que les fleurs sont des produits très délicats. «Notre plus gros défi, c’est que c’est très éphémère, poursuit-il. Pour notre part, nous cueillons le matin et livrons la journée même. Les capucines et les géraniums sont un peu plus résistants – je dirais une semaine –, mais certaines autres fleurs, comme la bourrache, doivent être consommées rapidement.»

Potager fleuri

Pour avoir en tout temps des fleurs comestibles fraîches à table en saison, il suffit d’en cultiver soi-même. L’horticultrice Mélanie Grégoire, qui vient de publier Les quatre saisons de votre potager (Québec Amérique), le conseille. «C’est le genre de culture que je recommande de faire à la maison, puisque les gens ont ainsi la certitude que leurs fleurs n’ont pas été traitées.»

D’ailleurs, il ne suffit pas d’aller au centre de jardin et d’acheter n’importe quelle variété. «Dans les commerces, vous devez vous assurer que les plants ont été produits pour la consommation, prévient-elle. Souvent, on les trouve avec les fines herbes.»

De nombreuses fleurs sont comestibles, mais pas toutes, précise l’horticultrice Stéphanie Myette. «C’est un peu la même chose que la mycologie, souligne-t-elle. Comme pour les champignons, il faut savoir quelles variétés sont toxiques et lesquelles peuvent être mangées sans danger.»

Parmi les vivaces les plus communes et les plus faciles à cultiver à la maison, Mme Myette suggère deux de ses préférées : «Les hémérocalles peuvent être farcies, alors que je trouve les hostas à leur meilleur servies poêlées, quand elles sont encore en bouton.»

«Si vous cultivez déjà des fines herbes, vous pouvez aussi consommer leurs fleurs, continue-t-elle. Par exemple, les fleurs de ciboulette sont délicieuses. Celles du basilic et de l’origan aussi.»

Vos invités sont intimidés par les fleurs et refusent d’en manger? Allez-y graduellement. «Une belle première approche, c’est de les servir dans une limonade sous forme de glaçons», suggère Mélanie Grégoire. Sa méthode infaillible pour de jolis glaçons avec une fleur bien au centre : on remplit à moitié le bac à glaçons, on dépose la fleur et on laisse geler quelques heures. Ensuite, il suffit de combler l’autre moitié avec de l’eau et de laisser au congélateur. «Pour des glaçons bien translucides, utilisez de l’eau bouillie», ajoute-t-elle.

Petit herbier

Bourrache: Très fragile, elle a un goût légèrement iodé, selon Marc-André Bouchard.

Hosta: Cette vivace est très facile à cultiver dans les zones mi-ombragées. On peut la servir poêlée quand elle est encore en bouton.

Capucine: Un classique! Elle a un goût légèrement poivré qui peut rappeler le radis.

Hémérocalle: On peut la farcir. Toutefois, il ne faut pas oublier d’enlever les étamines.

Pensée: Une autre fleur comestible au goût assez neutre qu’on voit traditionnellement dans les assiettes des restaurants.

Monarde: Rouge ou rose foncé, cette fleur a un goût sucré et est d’ailleurs prisée des oiseaux-mouches. On peut en faire un sucre coloré en l’écrasant au mortier avec un peu de sucre.

Géranium: Elle a un goût assez neutre. Pour ajouter de la couleur dans l’assiette, on peut utiliser ses pétales.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!