Sarah Dagenais/Collaboration spéciale Eve-Lyne Auger, alias La Fraîche

Il y a cinq ans, Eve-Lyne Auger a entamé le virage végé. Elle a depuis aiguisé sa curiosité culinaire jusqu’à fonder le blogue La Fraîche, où elle partage idées et astuces pour réduire sa consommation de viande.

Suite logique, elle vient de lancer son premier livre de recettes, parsemé de conseils et de tranches de vie. Discussion.

Est-ce que c’est plus facile aujourd’hui d’être végétarien qu’il y a quelques années?
En cinq ans, j’ai vraiment vu la différence, en particulier pour l’accessibilité des produits. Maintenant, c’est dans l’air du temps, et même les restaurants proposent au moins un ou deux plats sans viande.

Quels sont les défis que vous devez encore relever quand vient le temps de cuisiner végé?
Monsieur et Madame Tout-le-monde vont peut-être vite trouver qu’il manque de variété. Quand on veut transformer notre protéine, on pense le plus naturellement au tofu ou au tempeh. Il faut donc être créatif et s’intéresser davantage à ce qui se fait en cuisine, chercher des blogues, des comptes Pinterest ou des livres pour s’inspirer et trouver une bonne ligne directrice.
C’est aussi un défi de s’assurer qu’on ne manque pas de nutriments. Je ne suis pas nutritionniste, mais je donne souvent des suggestions de lectures.

Quels sont vos trucs pour arriver à composer des repas bien équilibrés?
D’après les lectures que j’ai faites, il faut toujours prioriser les céréales complètes, que ce soit du riz brun, des pâtes de blé entier ou du pain et en intégrer dans chaque repas. Il faut aussi avoir une abondance de fruits et légumes – surtout des légumes. Enfin, pour les protéines, on peut aussi intégrer des ingrédients comme les légumineuses et les noix. On peut aussi régler le cas des protéines avec un oeuf si on en mange encore. Ce sont les trois groupes principaux qu’il est bien de consommer à chaque repas.

Quels sont les aliments incontournables du garde-manger végétarien?
Dans mon livre, je suggère ma liste d’essentiels, qui comprend notamment un lait végétal (en particulier le lait de soya, qui contient plus de protéines), des céréales de grain entier sèches ou du pain, des oeufs, du fromage – pour ma part, j’en consomme encore – et un bloc de tofu. J’aime aussi toujours avoir sous la main des légumineuses sèches plutôt que des conserves. Et mon truc pour conserver les noix plus longtemps et éviter qu’elles ne deviennent rances, c’est de les garder au congélateur.

De quelle recette êtes-vous la plus fière?
Dans mon dernier chapitre, je propose des recettes plus complexes, dont celle de poulet au beurre. C’était la première fois que je travaillais avec le seitan et j’ai travaillé fort pour obtenir la bonne texture de poulet. La recette compte beaucoup d’étapes, mais ça vaut vraiment la peine, parce que c’était vraiment l’aspect visuel et la texture que je désirais.

En librairie


La Fraîche. Mon récit culinaire en plus de 50 recettes, Les éditions Goélette

Eve-Lyne Auger a partagé avec Métro sa recette de Bol bouddha au tempeh.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!