collaboration spéciale La blogueuse alimentation et militante Martha Payne au Malawi

Martha Payne écrit à propos des repas servis à l’école et elle sensibilise les gens sur la ration alimentaire quotidienne des enfants. En entrevue avec Métro, elle explique comment elle est devenue une blogueuse célèbre.

Il y a un an, l’écolière écossaise Martha Payne faisait les manchettes : son blog, NeverSeconds, portait sur les repas servis à l’école et de la nourriture transformée que les jeunes mangent chaque jour. Au départ, son école primaire de Lochgilphead lui interdisait de prendre des photos de ce qui était sur le menu. Mais à la suite du succès mondial de son blog, NeverSeconds, l’école a finalement flanché et a annoncé que tous les élèves auraient droit à des portions illimitées de fruits et de légumes.

Aujourd’hui, Martha utilise son succès pour encourager des causes alimentaires et pour amasser des fonds pour Mary’s Meals, un organisme de charité qui soutient des projets visant les communautés les plus pauvres du monde et qui veut prévenir la sous-alimentation des enfants.

En entrevue, la jeune blogueuse-militante explique comment internet et les médias sociaux sont essentiels pour aider son prochain et elle invite les enfants à être altruiste et visionnaire.

Comment as-tu géré les critiques quand tu as rapporté sur ton blogue le contenu des menus de ton école?
C’était difficile parfois, parce que ce n’était pas tout le monde qui était content que j’aie un blogue. Mais j’avais la permission de l’école alors j’ai persévéré. Puisque j’étais toujours honnête, c’était plus facile de confronter les gens.

Quand as-tu réalisé que la nourriture de ton école n’était pas très saine?
Je vis sur une petite ferme où nous cultivons nos propres aliments. C’est donc très différent à la maison. À l’école, la nourriture est très transformée et je crois que les aliments simples sont meilleurs pour la santé.

Maintenant, tu soutiens des enfants du monde entier. Peux-tu nous parler un peu plus de ce travail?
Mon grand-père était un bénévole pour Mary’s Meals, j’ai donc grandit en connaissant l’existence de cette organisation. Avant d’avoir mon blogue, je fabriquais des savons que je vendais, et je donnais l’argent à des organismes de charité. Quand quelqu’un a mentionné sur mon blogue que je devais me compter chanceuse que mon école distribue des repas, j’ai décidé de parler à mes lecteurs de Mary’s Meals. Je suis contente de l’avoir fait!

Te considères-tu comme un modèle pour les enfants?
Je n’avais pas prévu de le devenir, mais si les enfants décident d’en faire plus pour les autres et de se faire entendre, alors je suis contente!

Comment encourages-tu les autres enfants et adolescents à joindre cette cause?
Les enfants sont très bons pour partager et pour bien s’entendre. Nous le faisons à chaque jour dans la cour d’école. Nous devrions nous souvenir que nous sommes des experts, parce que sur internet, nous pouvons partager bien plus que notre cour d’école. Aussi, il ne faut pas avoir peur de commencer un blogue. On peut y changer ce qu’on y écrit sans faire de bavures, on peut parler de ce qui nous tient à cœur et le publier!

À quel point les médias sociaux sont importants pour toi?
Une fois, mon père a envoyé un tweet à propos de mon blogue, et c’est comme ça que je suis devenue célèbre. Partager des histoires n’a jamais été plus rapide. Les gens se soucient de ce que les enfants mangent et des enfants qui n’ont pas assez à manger.

Quel est ton gadget préféré?
Mon appareil photo! Je n’ai pas d’autres gadgets, j’utilise l’ordinateur familial pour écrire.

Sais-tu déjà ce que tu étudieras plus tard?
Je pense que j’aimerais être auteure, journaliste ou coureuse. Peut-être que je peux être les trois!

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!