En ce temps des sucres, le sirop d’érable est sur toutes les tables et
sur tous les menus. Métro propose cinq faits méconnus, ou pas, sur ce
nectar si caractéristique de la Belle Province.

1. Une longue histoire de becs sucrés
Avant même l’arrivée des Blancs, les Amérindiens recueillaient déjà la sève de l’érable à sucre le
printemps venu. C’est toutefois les colons français, désireux de devenir autosuffisants en sucre et
familiers avec la transformation du sucre de canne, qui commencèrent à transformer la sève en sucre. Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on vit apparaître les cabanes à sucre telles qu’on les connaît aujourd’hui… ou presque!

2. Le printemps des sucres

Pourquoi est-ce au printemps que les érables nous donnent leur sève sucrée? «Parce que c’est après l’hiver, répond le biologiste Stéphane Guay. Ce qu’on prélève de l’érable, c’est du sucrose. Une molécule fabriquée par l’arbre pour se protéger du froid.» C’est donc au printemps, lorsque les températures sont plus clémentes, mais que les nuits sont encore froides que l’érable libère le sucrose et se réhydrate grâce à l’eau du sol qui dégèle. C’est le moment d’entailler les végétaux et de prélever cette eau sucrée. Ce sont les érables montérégiens qui ouvrent habituellement le bal des sucres.


3. L’eau, nouveau produit de l’érable

L’entreprise québécoise Eau Matelo lancera le 21 mars l’eau de sève DE L’AUBIER, une eau plate d’origine végétale unique au monde. Au moment de fabriquer le sirop, les acériculteurs conservent l’eau et l’embouteillent.


4. Un superaliment qui vous veut du bien

C’est dorénavant connu et prouvé, les produits de l’érable (purs) renferment une bonne dose de polyphénols, des substances aux propriétés anticancéreuses. Ils contiennent au moins de 47 composés phénoliques! À l’instar des bleuets, des canneberges, du thé vert et de la tomate, pour ne donner que ces quelques exemples, une portion de 60 ml de sirop d’érable est aussi anti-oxydante qu’une portion de brocoli. De plus, le sirop d’érable est riche en manganèse, en riboflavine, en zinc, en magnésium,
en calcium et en potassium. Remplacer le sucre et la cassonnade dans les desserts et autres recettes
est donc une idée santé intéressante!


5. Sirop made in USA

Bien que le Québec ait produit 77% du sirop d’érable dans le monde entre 2006 et 2012, les États-Unis, seul autre pays avec le Canada à faire de l’acériculture, commencent à gagner du terrain sur le marché de l’érable. «Pendant cette période, le rendement par entaille aux États-Unis aurait été supérieur de 25% au rendement québécois», peut-on lire dans la Monographie de l’industrie acériole du Québec, produite par le MAPAQ. «L’endroit dans le monde où il y a le plus d’érables à sucre, c’est les États-Unis, dit Stéphane Guay, biologiste et spécialiste en acériculture. À terme, on perdra le monopole et on devra subir la gestion du prix plutôt que de le contrôler.»

Aussi dans Bouffe :

blog comments powered by Disqus