Collaboration spéciale Jean-François Archambault, fondateur et directeur général de La Tablée des Chefs

L’organisme à but non lucratif La Tablée des Chefs travaille depuis près de 15 ans à «nourrir les personnes dans le besoin et développer l’éducation culinaire des jeunes». Alors que se termine la 13e Semaine des écoles hôtelières, Métro a discuté avec le fondateur et directeur général de La Tablée des différents projets qui l’occupent en ce début de printemps.

Plus d’un million de portions cuisinées
En mars, quelque 700 étudiants d’une quinzaine d’écoles situées dans 9 régions différentes ont participé à la Semaine des écoles hôtelières. Grâce à eux, pas moins de 100 000 portions de pain de viande ont pu être concoctées et seront distribuées aux banques alimentaires de la province. La 1 000 001e portion a même été cuisinée cette année au cours de la 13e Semaine des écoles hôtelières!

Cette Semaine se tenait simultanément au Québec, au Mexique et en France.

Souper spaghetti pour l’autonomie
Tout le monde aime le spaghetti, n’est-ce pas? La Tablée des Chefs, qui le sait bien, propose aux gens d’organiser un souper spaghetti chez eux et de lui remettre les profits. L’objectif de cette campagne de financement: être en mesure d’offrir le programme de formation culinaire dans 200 écoles secondaires d’ici 2019. > Pour plus de détails

Récupération au SIAL
Pour sensibiliser les gens au gaspillage alimentaire, le Salon international de l’alimentation (SIAL), qui se tiendra du 13 au 15 avril au Palais des congrès de Montréal, propose le programme «SoSIAL». En partenariat avec La Tablée des Chefs et Moisson Montréal, la brigade du chef Guillaume Cantin, porte-parole du programme SoSIAL, cuisinera les surplus alimentaires générés durant l’événement pour ensuite les distribuer à un organisme affilié à Moisson Montréal.

La brigade aura son bus
Une autre nouveauté: le Food Bus. Cet été, un autobus scolaire transformé en cantine fera la tournée des festivals culinaires. Des jeunes participants au programme des Brigades culinaires y feront office de cuisiniers (rémunérés) au cours de divers événements, dont Les Premiers Vendredis, le festival YUL-EAT et le festival Juste pour rire. À l’automne, l’autobus sillonnera les routes du Québec pour aller visiter les écoles qui participent au programme des Brigades culinaires.

La Tablée en quelques chiffres
Ici au Québec, l’organisme à but non lucratif «a le vent dans les voiles», dit son directeur général en dressant le bilan de la dernière année, qui s’est conclue avec un demi-million de personnes nourries, 180 tonnes de nourriture récupérée et 1200 jeunes formés.  En 2016-2017, La Tablée des Chefs espère être présente dans 17 régions grâce à son programme de formation offert dans 80 écoles secondaires à plus de 1600 adolescents.

L’organisme s’exporte
Ces dernières années, l’organisme La Tablée des Chefs a fait des petits. Des branches mexicaine et française ont vu le jour en 2013, ce qui a permis de nourrir des personnes dans le besoin dans ces deux pays et de développer à l’éducation culinaire des jeunes, les deux missions de l’OBNL.

En décembre dernier, La Tablée des Chefs France a même reçu une bourse de «La France s’engage», une démarche initiée par le gouvernement qui met en valeur et accompagne des initiatives socialement innovantes. Le chef des cuisines de l’Élysée, Guillaume Gomez, est d’ailleurs le porte-parole de l’organisme là-bas. Cette bourse permettra à l’organisme français de consolider son équipe et d’élargir ses activités. Plusieurs chefs de renoms, dont François Adamski, Eric Frechon et Thierry Marx, agissent comme ambassadeurs dans l’Hexagone, ce qui permet à La Tablée de gagner en crédibilité.

BOUFFE_bloc 2_tablée au Mexique_c100
La Tablée des Chefs au Mexique

Bien que les expansions progressent bien, aucun autre développement n’est en cours pour l’instant. «Pour l’international, on attend», dit le directeur général. La Tablée a en effet refusé d’aller s’installer au Costa Rica et en Belgique, de peur de grandir trop vite. M. Archambault souhaite que les choses continuent à être bien faites.

Pour l’instant, La Tablée est en mode consolidation, explique Jean-François Archambault, qui mise sur une croissance pancanadienne. L’organisme est aujourd’hui présent  dans plusieurs villes du pays, dont Toronto, Ottawa et Calgary.

Aussi dans Bouffe :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!