Il y a 20 ans, Bill Readings, professeur de littérature comparée à l’Université de Montréal, publiait Dans les ruines de l’université, féroce critique du rôle de l’université occidentale et de son évolution.

Publié en 1996, plus d’un an après la mort prématurée de cet enseignant de 34 ans dans un accident d’avion, cet essai visionnaire est encore d’actualité aujourd’hui alors que le rôle de l’université fait toujours l’objet de débats.

«Bill Readings a fait un diagnostic très objectif du rôle de l’université», indique Jean-François Vallée, professeur de lettres et de communication au Cégep Maisonneuve.

Dans une société transformée par la mondialisation, où l’individu souhaite performer et réussir, l’université a perdu sa vocation originale : celle d’instruire. «Alors que la performance et l’utilité sont de plus en plus la norme dans le système universitaire, [Bill Readings disait qu’il] faut, dans les ruines de cette université de la culture, tenter de trouver une façon de garder la recherche et la pensée désintéressées», explique M. Vallée.

«Les [départements de] sciences humaines ont perdu leur utilité puisque la nation n’a plus besoin de produire des citoyens comme avant. Il faut repenser
la manière de montrer leur pertinence.» – Jean-François Vallée, professeur de lettres et de communication au Cégep Maisonneuve.

L’université sur laquelle l’auteur s’appuyait pour dresser son bilan avait pour but de créer des citoyens dotés d’une culture générale. «L’université était basée sur la notion de culture nationale et de raison, rappelle Jean-François Vallée. Aujourd’hui, avec la mondialisation, les universités du monde entier sont en compétition pour savoir laquelle est la plus performante. Il devient donc de moins en moins pertinent d’avoir une culture nationale.»

Pour Bill Readings, les universités sont devenues des centres commerciaux où les étudiants-clients se magasinent un diplôme. «[Ce livre] montre que même la culture peut devenir un produit parmi tant d’autres», explique M. Vallée.

 

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!