Même si LinkedIn s’est imposé comme le réseau social de référence dans le monde professionnel, Twitter reste un outil utile à intégrer dans sa stratégie de recherche d’emploi.

«Contrairement à LinkedIn, qui est assez formel, Twitter est un média de proximité, spontané et plus direct», indique Sandrine Théard, une recruteuse montréalaise dont le compte Twitter,
@LaSourceHumaine, compte 5 000 abonnés.

Pour Sandrine Théard, Twitter est très utile pour identifier les personnes évoluant dans le secteur professionnel visé et d’entrer en contact avec elles. «Twitter est un facilitateur de rencontres, explique-t-elle. Au départ, le réseau m’a permis de nouer des liens qui ont encore aujourd’hui un impact sur ma carrière.»
Une fois ces acteurs ciblés, il ne reste plus qu’à interagir avec eux en «retweetant» un de leurs gazouillis ou en les mentionnant dans un des nôtres. Les contacter en envoyant un message direct est également un bon moyen d’entamer une conversation.

Il faut cependant se concentrer sur les utilisateurs vraiment actifs. «Si un recruteur n’a publié que quelques tweets et rien depuis deux ans, c’est peine perdue de vouloir entrer en relation avec lui par Twitter», fait remarquer Sandrine Théard, qui a rédigé plus de 6 000 tweets depuis son arrivée sur le réseau social en 2010.

Faire de la veille
Twitter est un excellent outil pour s’informer sur son secteur d’activité et se tenir au courant des événements à venir, comme une conférence ou une foire de l’emploi. «Cela vaut vraiment la peine de se constituer une liste de comptes importants à suivre», affirme-t-elle.

On peut, par exemple, y apprendre que telle entreprise vient de remporter un gros contrat pour lequel elle va devoir embaucher ou s’y tenir au courant des tendances de recrutement dans son domaine.

Utiliser des mots-clics
Twitter fonctionne notamment avec des mots-clics (hashtags, en anglais). Ce sont en quelque sorte des étiquettes thématiques qu’on appose à un message et qui permettent aux personnes intéressées par ces thèmes de trouver la publication. Cela dit, miser sur des mots-clics généraux, comme #rechercheemploi, serait une erreur.

«Un recruteur recherche un expert, pas un chercheur d’emploi, souligne la spécialiste. Il faut donc choisir des mots-clics relatifs à ses compétences ou à son expérience.»
En effet, un recruteur tapera plus volontiers #gestionnai redeprojet ou #marketing que #embauchezmoi.

Préparer son entrevue
Twitter est également pratique pour glaner des informations pertinentes sur l’entreprise ou sur son secteur, des informations qui pourront faire la différence durant l’entrevue. Étudier le compte Twitter du recruteur qu’on rencontrera permet de trouver des indices sur sa personnalité ou de deviner les aspects auxquels il accorde de l’importance. La découverte d’une passion commune pour la photographie ou pour la course à pied peut ainsi aider à créer une connivence au jour J.

Le seul fait de réagir à un tweet publié une semaine ou deux avant l’entrevue est parfois payant. «Si un candidat me dit avoir vu sur mon compte Twitter que je cherchais une secrétaire et qu’il en connaît une à la recherche d’un poste, cela me montre qu’il a fait des recherches et qu’il s’est intéressé à moi, dit Sandrine Théard. C’est un signe de sérieux!»

Gagner en visibilité
Certains chercheurs d’emploi décident de joindre à leur tweet un mini-CV visuel, voire une courte vidéo. C’est un moyen efficace de se mettre en valeur tout en contournant la limite des 140 caractères par message qu’impose Twitter.

Les plus courageux et les plus patients peuvent également se servir de ce média pour développer un auditoire et ainsi se positionner en tant qu’expert dans leur domaine. Mais y parvenir nécessite un travail de longue haleine qui ne générera pas forcément un retour sur investissement rapide et proportionnel aux efforts fournis.

«Bâtir un réseau qui tient la route sur Twitter demande une grande régularité et la même énergie que bloguer, explique Sandrine Théard. Et puis, il faut avoir quelque chose à dire…»

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!