Les entrevues d’embauche par Skype sont devenues monnaie courante, mais certains recruteurs ont maintenant recours aux entrevues préenregistrées. Voici quelques conseils pour briller dans ce type d’entrevue où l’interlocuteur est absent.

Les entrevues préenregistrées sont de courtes capsules que le candidat enregistre sous forme de vidéo chez lui et qu’il soumet en même temps que son CV ou en tant que préentrevue. La plupart des plateformes, comme HireVue et Viasto, imposent une limite de temps pour répondre aux questions, qui sont habituellement les mêmes pour tous les candidats, question d’équité.

Pour se préparer
«Le plus gros défi est le temps. Il faut s’exercer, parce qu’on n’est pas habitué de parler et d’être minuté. On voit sur l’écran le temps qui défile et ça crée de l’anxiété», explique Michel Rouleau, chef de pratique pour la firme Career Partners International Québec, qui fait de l’accompagnement en transition de carrière. Le défi est d’autant plus grand qu’il faut capter l’attention du recruteur qui visionnera les vidéos, puisque rien ne garantit qu’il les écoutera toutes, et jusqu’au bout.

«La meilleure façon de se préparer est de prendre la première tâche du descriptif du poste et de regarder dans son expérience: est-ce que j’ai fait ça? Si oui : dans quelle situation? Si on demande une capacité à organiser des événements, on explique que, dans son précédent emploi, on organisait cinq foires commerciales par année, explique Michel Rouleau. C’est la technique “problème, réaction, résultat’’: ça permet de faire ressortir les expériences concrètes.»

De nombreuses banques de questions d’entrevue existent sur le web, dans lesquelles les candidats peuvent piger pour s’exercer. Ils peuvent imaginer les questions que le recruteur risque de leur poser en lien avec leur domaine ou leurs expériences passées.

Michel Rouleau conseille de s’exercer en se chronométrant, mais cela ne doit pas obligatoirement être devant la caméra. Il faut toutefois s’assurer de regarder l’œil de la caméra plutôt que de scruter son visage à l’écran, afin de donner l’impression de regarder le recruteur dans les yeux.

«On ne va pas se le cacher, le recrutement, c’est subjectif.» – Michel Rouleau, chef de pratique pour la firme Career Partners International Québec

Test technique
Pour éviter les pépins, l’idéal est de faire un test technique pour le son et l’image au préalable. «Et de grâce, soyez appuyé sur un point fixe, même si vous utilisez votre téléphone ou votre tablette!» lance le spécialiste, se rappelant une entrevue préenregistrée d’un candidat qui tenait son téléphone à bout de bras. «Ça donnait le tournis. On ne s’en rend pas compte, mais même les petits mouvements font basculer toute l’image.»

Évidemment, un environnement propre et neutre est de mise. La chambre à coucher et la cuisine sont à éviter! Prévenir sa famille ou ses colocataires qu’on aura besoin de calme est aussi conseillé, tout comme charger fiston de s’occuper du chien pendant l’entrevue.

Encore marginale
Michel Rouleau n’est toutefois pas convaincu que les entrevues préenregistrées sont une panacée, même si elles permettent les entrevues à distance.

«Elles donnent aussi une chance aux personnes dont le CV est un peu atypique, mais on ne va pas se le cacher, le recrutement, c’est subjectif, admet-il. Je crois que, pour l’instant, c’est une technologie de plus pour les recruteurs, même si elle reste encore marginale.»

Aussi dans Carrières :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!