Getty Images/iStockphoto Une personne efficace arrive normalement à réaliser ses tâches dans le temps requis.

Abandonner, faire des erreurs, suivre au lieu de mener: voilà des comportements peu valorisés dans notre société, mais qui ont des avantages certains dans le monde du travail. Voici comment tirer profit de cinq comportements stigmatisés.

Abandonner
Être un lâcheur n’est jamais bien vu en société. Et dans un contexte professionnel, on ne veut surtout pas passer pour celui qui ne va jamais jusqu’au bout.«Partout, on valorise les gens qui foncent, qui combattent, même en cas de maladie grave, soutient Diane Brunelle, psychologue du travail et des organisations. Il faut toutefois savoir évaluer ses capacités.» On n’a qu’à penser à un employé qui travaillerait de longues heures, mais qui au bout d’un moment souffrirait d’épuisement professionnel. Reconnaître ses limites est profitable, autant pour vous que pour votre entreprise.

Faire des erreurs
Les réussites, les bons coups, les prix… C’est ce qu’on valorise et qu’on montre le plus à l’ère des médias sociaux. On entend peu parler de ceux qui échouent.  Sans nécessairement souligner toutes ses erreurs à grands coups de marqueur jaune, les admettre montre votre honnêteté et votre désir de les réparer pour le bien de l’organisation.

Avoir du temps
Vous savez, ce regard qui vous est lancé par des collègues lorsque vous quittez le bureau à 17 h, ce regard qui semble vous reprocher de ne pas en faire assez, de ne pas être assez travaillant? De nos jours, ne pas être occupé est perçu comme l’indice d’une existence oisive.  «Les gens sont maintenant toujours connectés et peuvent continuer le travail à la maison. Or, si on reste au bureau pour faire du présentéisme, ce n’est pas mieux», précise Diane Brunelle. Être toujours débordé peut en fait être un signe d’inefficacité ou de manque d’organisation. Une personne efficace arrive normalement à réaliser ses tâches dans le temps requis.

Être un «suiveux»
Les meneurs ont bonne presse. On multiplie les conseils pour améliorer leurs aptitudes à la direction, on félicite ceux qui font preuve d’initiative. Gravir les échelons est souvent vu comme un gage de succès. Il est d’ailleurs vrai que les personnes au leadership fort ont un rôle-clé à jouer dans une entreprise. Or, il faut aussi des gens qui exécutent les tâches et qui suivent les consignes. «Les projets sont parfois si gros qu’on doit travailler tous ensemble et avoir une équipe qui sera capable de se rallier à la stratégie et aux décisions du meneur», précise Diane Brunelle.

Demander de l’aide
Être autonome, faire preuve d’initiative: voilà des qualités souvent recherchées dans le monde du travail. Demander de l’aide semble aller à l’encontre de ces comportements valorisés. Évidemment, si on passe son temps à déranger les collègues et le superviseur, on n’accroîtra pas son autonomie, en plus de risquer de devenir un poids pour l’équipe. Mais bien des erreurs peuvent être évitées par de simples questions. «Non seulement cela favorise l’entraide entre employés, mais la définition de ses forces et de ses faiblesses peut carrément assurer le bon déroulement d’un projet», ajoute Diane Brunelle.

Aussi dans Carrières :

blog comments powered by Disqus