Getty Images/iStockphoto Grâce aux technologies mobiles, les travailleurs sont à un glissement de doigt d’être en contact avec le bureau en tout temps.

À la plage, êtes-vous réellement capable de décrocher ou ne pouvez-vous résister à la tentation de jeter un coup d’œil à vos courriels?

Si la seconde situation vous semble familière, sachez que vous n’êtes pas seul et qu’il s’agit d’une tendance de plus en plus forte parmi les travailleurs américains.

La firme Glassdoor a mené un sondage auprès d’employés pour découvrir que 66% de ceux qui ont pris des vacances payées ont travaillé pendant leur congé et que 27% ont même affirmé que leur patron s’attendait à ce qu’ils se tiennent au fait de ce qui se passait au bureau. Pire, 12% disent qu’ils ont été obligés de terminer certains mandats lors de leurs vacances ou de participer à des conférences téléphoniques!

Pourquoi les employés se soumettent-ils à ce régime? La principale raison est la crainte d’accumuler du retard (34%) ou encore parce que personne n’est en mesure de les remplacer pendant leur absence (30%). Pour d’autres, on parle de dévouement envers l’entreprise (22%) et de l’impossiblité de ne pas pouvoir se déconnecter complètement (21%).

Selon Carmel Galvin, directrice principale des ressources humaines chez Glassdoor, cela est dû au fait que, grâce aux technologies mobiles, nous sommes à un glissement de doigt d’être en contact avec le bureau en tout temps. Or, permettre à ses employés de décrocher a des effets bénéfiques, notamment parce que cela permet d’éviter le surmenage et de réduire le roulement du personnel. L’équilibre reste donc à trouver…

Aussi dans Carrières :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!