Décrocheur, fermier, propriétaire d’une équipe professionnelle de baseball, puis d’un quotidien américain… John Henry a un parcours singulier, et une fortune évaluée 
à plus de 1,5 G$.

Le secret de sa réussite? Miser sur son «super-pouvoir», c’est-à-dire sur son aisance hors du commun avec les chiffres et sa maîtrise des statistiques.
Le super-pouvoir de John Henry a peut-être une résonance particulière, mais chacun développe au fil de sa carrière de ces compétences très, très particulières. Bien sûr, elles gagnent à être mises de l’avant pour orienter une recherche d’emploi.

L’heure au bilan
Pour réussir à déterminer 
ses super-pouvoirs, il faut d’abord dresser un bilan de ses compétences. «On étudie son parcours professionnel, ainsi que toutes les obligations personnelles des dernières années, puis on note chacune des qualités requises», explique Dominique Ribière, conseillère en orientation.

Cette liste, en soi, n’est pas suffisante, toutes ces compétences n’ayant pas la même valeur. Il est donc impératif d’en faire le tri afin de 
sélectionner ses forces et de dresser la liste des tâches 
dans lesquelles on excelle. Et voilà : les quelques 
compétences retenues sont en bonne voie de devenir un super-pouvoir.

Dans sa pratique, Dominique Ribière a constaté que les gens ne sont pas toujours bien placés pour juger de leurs compétences. «Il arrive qu’on ne remarque même pas ce qu’on fait de particulièrement bien ou, au contraire, qu’on pense qu’on est capable de subir beaucoup de pression sans problème… alors que notre entourage dira le contraire!» Un regard neutre, celui d’un professionnel par exemple, permettra de nous guider dans cette importante réflexion.

Enfin, pour qu’une compétence soit «super», il faut encore qu’elle soit valorisée dans le milieu de travail qu’on cible. Une minutie excessive fera briller un professionnel motivé dans le domaine de la comptabilité, mais nuira à la réactivité nécessaire chez un promoteur publicitaire. La conseillère en orientation suggère d’éplucher les offres d’emploi du secteur qui nous intéresse et de noter les compétences qui sont les plus recherchées.

Les «super-réalisations» 
à l’avant-plan
«Capacité à travailler sous pression. Grand sens de l’organisation. Bonnes aptitudes de communication.» Toutes ces qualités n’ont aucune valeur si on ne peut pas en faire la preuve, explique 
Mme Ribière. «Au cours d’une entrevue, on doit appuyer chacune de ses affirmations avec des exemples. Rien ne vaut le concret.»

Une expérience de chef d’équipe ou de gestionnaire d’équipe aura ainsi toujours plus de poids dans un CV qu’une déclaration de «capacité à travailler en équipe». Bref, on ne veut pas le savoir, on veut le voir!

La présentation des compétences devrait donc être 
suivie d’un bilan professionnel détaillé qui mettrait en valeur les qualités qu’on dit avoir. «Un CV par compétences peut surtout être intéressant dans le cas de personnes ayant un parcours professionnel atypique, dit Dominique Ribière. Autrement, on privilégie une formule mixte ou 
traditionnelle.»

Une question d’énergie
Ce qui donne du «oumph» à une compétence, c’est l’énergie qu’on y met. Les John Henry de ce monde se laissent contaminer par leur passion avec plaisir. La super-compétence prend sa place dans leur travail, mais aussi dans toutes les autres sphères de leur quotidien. Oui, un super-pouvoir a le pouvoir de changer la vie…

On aura donc tendance à cibler des aptitudes qu’on aime développer, qu’on prend plaisir à peaufiner, afin de les transformer en super-compétences sur le marché du travail.

Une compétence 
plus super que les autres
Chaque milieu de travail valorise des qualités particulières, mais s’il ne fallait nommer qu’une seule compétence, celle qui remporte la palme dans tous les domaines, selon Dominique Ribière, ce serait sans aucun doute l’adaptabilité. Être en mesure de réagir, de s’ajuster, de s’adapter, de s’améliorer, le tout rapidement, n’a jamais eu autant de valeur.

Aussi dans Carrières :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!