Métro

Vous avez envie d’un tatouage, mais avez peur que votre employeur réagisse mal. Peut-il interdire l’encrage de votre peau si vous souhaitez travailler pour lui?

Ici, les droits de chacun s’entrecroisent; il n’y a donc pas de réponse toute faite. Normalement, la liberté d’expression vous autorise à porter un tatouage. Votre supérieur ne peut vous demander de le cacher, sauf si l’image est considérée comme offensante.

Droits et libertés
Par contre, la liberté de commerce de votre patron peut avoir préséance sur vos droits dans certains cas. Si un type de tatouage nuit à l’entreprise, en faisant peur à la jeune clientèle d’un centre de loisirs par exemple, votre patron pourrait vous l’interdire si vous souhaitez demeurer à son emploi.

Bref, d’un côté, une éducatrice en garderie de Chicoutimi a eu gain de cause contre le centre de la petite enfance qui voulait qu’elle cache le dragon dessiné sur son dos. De l’autre, les tribunaux ont indiqué que la Société de transport de Laval avait le droit d’interdire les tatouages au visage chez ses chauffeurs d’autobus.

Les mœurs changent, et les codes vestimentaires aussi. De plus en plus d’entreprises sont conscientes de la jurisprudence et jugent opportun d’établir des politiques qui ne soient pas trop restrictives. Le bon sens serait tout de même de les consulter avant de réaliser votre rêve de devenir le sosie de Zombie Boy…

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!