Getty Images/iStockphoto Il est important de se montrer sous son vrai jour dès le début.

Une fois qu’on est convoqué en entrevue, il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté pour en ressortir avec une offre d’emploi. Didier Dubois et Émilie Pelletier, conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) de la firme spécialisée HRM Groupe, donnent ici quelques conseils.

Demeurer soi-même… dans les limites de l’entreprise
Il est important de se monter sous son vrai jour dès le début. «Un candidat est de moins en moins embauché pour ses seules connaissances; on considère de plus en plus son attitude et sa personnalité, explique Didier Dubois. Donc, quelqu’un qui se transforme pour l’entrevue va ensuite devoir le faire chaque jour s’il est engagé!» Il faut néanmoins s’assurer d’être cohérent avec les valeurs de l’entreprise, car le recruteur doit arriver à vous y projeter. «La première impression demeure très importante; donc le style vestimentaire recherché et l’ouverture aux tatouages ou aux piercings sont des questions à poser au moment de la convocation», illustre Émilie Pelletier.

Faire un maximum de liens avec ses expériences
«Le recruteur veut s’assurer que le candidat soit en mesure d’occuper le poste, mais aussi qu’il puisse permettre à l’organisation d’aller plus loin, dit M. Dubois. Il faut donc que le candidat apprenne à se vendre, à établir des liens entre ses expériences passées et ses capacités à répondre aux défis du nouveau poste.» Tout peut servir: bénévolat, travaux scolaires, emploi étudiant, etc. Évidemment, arriver à faire des liens pertinents demande de bien comprendre les exigences de l’emploi convoité, et donc d’avoir fait ses devoirs avant l’entrevue. C’est le temps de consulter ses réseaux sociaux pour dénicher quelqu’un qui travaille dans cette entreprise et en discuter avec lui. C’est aussi le moment de mettre ses profils à jour – surtout LinkedIn – pour qu’ils renvoient l’image professionnelle qu’on souhaite projeter.

Être sûr de soi sans être arrogant
Selon Émilie Pelletier, de plus en plus de recruteurs proposent des entretiens hors des bureaux. «Ça va des rencontres informelles dans des cafés aux propositions d’aller prendre une marche avec les candidats. L’idée est de les mettre le plus à l’aise possible pour tenter de savoir s’il existe une adéquation entre leurs valeurs et celles de l’organisation, note-t-elle. Dans ces contextes-là, avoir l’air sûr de soi est à valoriser, mais il ne fait pas non plus être arrogant.» Le candidat doit ainsi se montrer confiant tout en restant conscient de ce que recherche l’employeur. «Il y a peu d’emplois aujourd’hui qui ne demandent pas d’avoir du leadership, donc il faut que le candidat en démontre, affirme Didier Dubois. Évidemment, les comportements doivent être calqués sur les attentes relatives au poste. Comme recruteur, si j’embauche quelqu’un dans la vente, je m’attends à ce qu’il soit entreprenant et un peu extraverti, alors que dans le service à la clientèle, je m’attends surtout à beaucoup d’écoute.»

Faire preuve de courtoisie
Il est primordial d’arriver à l’heure ou – en cas de force majeure – de prévenir de son retard. Ensuite, la bonne vieille poignée de main en début et en fin d’entretien demeure de mise. «C’est un geste très important, parce qu’il démontre le dynamisme du candidat», fait valoir Émilie Pelletier. Son collègue précise qu’un «recruteur qui veut embaucher quelqu’un qui va contribuer au succès de l’entreprise va voir dans ce geste le témoignage d’une certaine ambition professionnelle, et va l’apprécier». La courtoisie veut également que, même si un candidat accepte finalement un autre emploi, il fasse un suivi auprès du recruteur. «S’il vous appelle, répondez au téléphone! enjoint Mme Pelletier. Vous ne savez pas si l’autre emploi va effectivement vous convenir, ou si vous recroiserez le même recruteur plus tard dans votre carrière… Il est toujours important de laisser une bonne impression.»

Poser des questions et faire des propositions
Pendant qu’il en apprend plus sur son employeur potentiel, le candidat doit réfléchir à des façons de l’amener plus loin. Il pourra ensuite les suggérer au recruteur durant l’entrevue, démontrant ainsi son intérêt et ses connaissances de l’organisation. Poser quelques questions bien préparées aura le même effet. «Les recruteurs n’ont pas de problème à ce que les candidats posent des questions sur l’expérience employée et les possibilités de formations et de progression au sein de l’entreprise», assure Émilie Pelletier. «J’encourage fortement à transformer l’entrevue en un dialogue, renchérit M. Dubois. Ça montre que le candidat a une compréhension des enjeux de l’entreprise et est potentiellement une valeur ajoutée pour celle-ci.»

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!