Plusieurs candidats sont mal à l'aise lorsqu'on leur demande de parler de leurs faiblesses en entrevue et ne savent pas comment répondre.

Décrire ses points forts et ses points faibles est une étape à laquelle personne n’échap­­­pe en entrevue. Cette demande peut être embarrassante, surtout si on n’a pas bien réfléchi à la manière d’y répondre. Quoi qu’il en soit, plusieurs candidats sont mal à l’aise lorsqu’on leur de­man­de quelles sont leurs faiblesses. La plupart ré­pondent qu’ils sont trop perfectionnistes ou trop minutieux et transforment ainsi leurs défauts en qualités.

L’employeur ne pose pas cette question pour vous embarrasser. Il veut sim­plement se faire une idée sur vous et, par le fait même, tester votre capa­cité à vous remettre en question. Un autre voudra, pour sa part, évaluer les risques qu’il prendrait en vous embauchant.

Les points forts
Un recruteur peut vous demander de lui citer trois de vos qualités et autant de défauts. Pour les qualités, c’est simple: il s’agit d’énoncer celles énumérées dans le profil d’emploi, sinon celles qui ont un lien direct avec l’emploi offert.

Si, par exemple, vous postulez pour un travail de laboratoire, vous ne parlerez que des aptitudes désignées dans l’offre de ser­vice. Même si l’employeur n’en précise aucune, ça ne veut pas dire qu’il n’y en a pas! Vous devez trouver celles qui correspondent le mieux à l’emploi envisagé. Justifiez ensuite vos allégations en donnant des exemples.

Les points faibles
Il n’est pas nécessaire de se montrer parfait. Rien n’est plus énervant et suspect que quelqu’un qui prétend ne pas avoir de défauts. D’ailleurs, qui n’a jamais eu d’échecs ni de doutes? Montrez que vous savez prendre suffisamment de recul pour discerner vos faiblesses. Décrivez-les en prenant bien soin d’ajouter les mesures que vous avez prises pour corriger chacune d’elles; ainsi, le plan d’action que vous proposez fera vite oublier vos points faibles.

Attention, l’entrevue n’est pas une occasion appropriée de parler à cœur ouvert: il ne faut pas exprimer vos craintes les plus profondes devant le recruteur, ni mentionner un défaut qui pourrait réduire vos chances de décrocher le poste que vous convoitez. Si vous dites être désordonné et que vous postulez un emploi de bibliothécaire, vous n’êtes pas sur la bonne voie!

Il en va de même si vous dites que vous êtes individualiste alors que l’emploi que vous souhaitez exige de nombreux travaux d’équipe. Par exemple, il serait désastreux pour un comptable de dire: «Je suis un peu trop méticuleux»; tout comme il pourrait être fatal pour un représentant d’affirmer: «Je suis un peu impatient.» Si l’on vous pose la question, le mieux est de répondre que vous n’avez pas de gros défauts, puis d’énumérer les points que vous pourriez améliorer.

Pour plus de détails. visitez le site www.monemploi.com. Cette chronique est un service de Septembre Éditeur.

Comment décrire ses forces et ses faiblesses?

Des réponses possibles
Petit truc de pro pour une entrevue réussie: faites toujours suivre votre défaut d’une solution pour vous améliorer. Voici quelques réponses envisageables:

  • «On dit de moi que je suis un moulin à paroles, mais en fait, c’est chez moi une façon d’amener les autres à parler d’eux.»
  • «Je suis une personne un peu sensible, mais je maîtrise de mieux en mieux mon émotivité.»
  • «Je ne vois pas le temps passer en réunion. Il m’arrive de dépasser la durée prévue. J’en ai conscience et je fais des efforts pour m’organiser et me discipliner davantage. Je crois avoir déjà bien progressé.»
  • «Je ne m’exprime pas encore parfaitement en anglais, même si je peux suivre une conversation; mais je tente d’améliorer ma pratique, notamment au cours de séjours à l’étranger.»
  • «Ma connaissance d’Excel est moins complète que celle de Word, mais je possède un ordinateur personnel à la maison sur lequel je m’entraîne régulièrement.»
  • «Je prends parfois les choses tellement à coeur que j’ai tendance à en faire une question personnelle. Depuis quelque temps, je travaille sur ce point.»
  • «Je ne suis peut-être pas assez démonstratif. Dans un groupe, j’écoute plus que je ne parle. On me trouve ainsi plutôt réservé. J’essaie de m’améliorer en participant à des discussions entre amis.»
  • «Il est difficile pour moi de dire non. J’ai encore tendance à dire oui facilement, mais j’ajoute maintenant une échéance réaliste.»
  • «En période de stress intense, je suis parfois directif avec mes collaborateurs. Lorsque cela m’arrive, j’ajoute toujours une petite touche d’humour à mon intervention.»

Des réponses à éviter
Répondre que vous êtes trop perfectionniste ou trop minutieux et transformer ces défauts en qualités, ça ne passe plus auprès des recruteurs. Ils sont tout simplement fatigués de l’entendre! Voici d’autres exemples de réponse à éviter:

  • «Je n’ai pas vraiment de défauts; je suis une personne facile à vivre et efficace au travail.»
  • «Je suis trop dynamique.»
  • «Mes défauts sont peu de chose par rapport à mes qualités.»
  • «Ma grande franchise m’a parfois joué des tours.»
  • «Mon enthousiasme me pousse parfois à l’excès.»

Aussi dans Carrières:

blog comments powered by Disqus