Getty Images/iStockphoto Le télétravail peut ne pas convenir aux personnes extraverties, entre autres.

Éviter le trafic 
du matin, se reposer dans son lit à l’heure du lunch, pouvoir faire une brassée de lavage entre deux appels téléphoniques :
les raisons qui font du télétravail une option alléchante sont nombreuses, mais est-ce pour tout le monde?

«Non», répond de but en blanc Mathieu M., qui travaille dans le domaine des communications. Tous les matins, il se lève aux aurores pour se préparer à partir de la banlieue vers le centre-ville de Montréal en transport en commun. Oui, cette situation l’épuise, mais pour rien au monde il ne reviendrait à son ancienne vie, où il vivait exclusivement du télétravail.

«Pourtant, je suis quelqu’un d’introverti. Je pensais que j’aimerais ça, travailler seul de chez moi, dans le calme», s’étonne-t-il. Or, après un peu plus d’un an, il réalise que le travail à distance n’est pas fait pour lui. «Je suis plus performant au bureau, plus motivé, explique-t-il. J’avais de la difficulté à me discipliner et je faisais de trop longues heures à la maison.» Aujourd’hui, Mathieu travaille quatre jours par semaine au bureau et une journée à la maison. Un équilibre qui lui convient parfaitement.

J’avais de la difficulté à me discipliner et je travaillais de trop longues heures à la maison. – Mathieu M., ex-télétravailleur

Selon Zineb El Alami, conseillère en emploi, il y a certainement des questions à se poser pour déterminer si le télétravail nous convient. «Quelqu’un qui a besoin d’encadrement et qui aime la rétroaction immédiate sur son travail sera probablement plus à l’aise dans un emploi de bureau, où il aura accès facilement à ses collègues», avance-t-elle en guise d’exemple.

Le télétravail peut aussi ne pas convenir aux personnes extraverties, qui ont besoin de socialiser activement pour être motivées. «Il faut être honnête avec soi-même, conclut la conseillère. Ne pas avoir de penchant pour le télétravail n’est pas un défaut; il s’agit simplement de choisir le meilleur environnement pour son épanouissement professionnel.»

Des idées d’activités pour l’heure du lunch
Quand on travaille de chez soi, on peut facilement oublier l’heure du lunch, et ce, parce qu’on est trop absorbé par un détail ou trop paresseux pour faire autre chose que procrastiner devant YouTube. Nous avons sondé quelques travailleurs à domicile, qui nous ont partagé leurs trucs.

  • «Je mets un podcast d’une quarantaine de minutes et je sors marcher pour l’écouter!» – Camille V.
  • «J’en profite pour plier les vêtements ou laver la vaisselle… tout en regardant mon émission préférée.» – Karine B.
  • «Je m’entraîne trois fois par semaine pendant mon heure de lunch.» – Kat B.
  • «Je ferme l’ordinateur et je fais de la méditation, de la cohérence cardiaque et des exercices de yoga. Ça fait vraiment du bien.» – Tania B.
  • «Je lis quelques pages d’un roman dans mon lit!» – Josée T.
  • «Je vais me chercher un café ou une petite gâterie au café du coin. Ça me fait une petite marche en même temps, pour changer d’air.» – Marie B.
  • «Je vais à la piscine municipale faire quelques longueurs. Rafraîchissant!» – Fadwa L.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!